Des havanes à la Maison-Blanche

styronConstitué de quatorze essais, ce recueil posthume de William Styron a été publié en 2011 grâce à sa veuve Rose et son biographe.
En plus de constituer un témoignage intéressant sur son époque, ce livre présente l’intérêt de mieux appréhender l’oeuvre de cet auteur américain connu du grand public pour Les confessions de Nat Turner ou Le choix de Sophie, tous deux sujets à polémique.

Fumeur de havanes aux côtés de JFK en plein embargo sur les produits cubains, patient traité pour syphilis dans un hôpital militaire en 1944, intellectuel invité à la cérémonie d’investiture de François Mitterrand, William Styron revient sur les sujets qui lui sont chers : l’esclavage et la ségrégation raciale, la sexualité dans une société puritaine, la guerre, l’appréhension de sa propre mort.Dans cet ouvrage figure notamment un chaleureux hommage à Truman Capote, son exact contemporain : « C’était là un artiste de mon âge qui pouvait faire danser et chanter les mots, les faire mystérieusement changer de couleur, pratiquer avec eux des tours de magie, susciter le rire, donner un frisson le long de l’échine, toucher au coeur: un véritable maître du langage… »

En plus, le récit de sa rencontre avec JFK nous apprend que le jeune Président s’intéressait beaucoup à son projet de roman sur l’esclave révolutionnaire Nat Turner. Lors d’une rencontre avec l’écrivain, « Il {JFK} m’a demandé si mon roman avançait et s’est remis à parler de la question raciale. Connaissais-je des écrivains noirs ? Pourrais-je lui suggérer des noms de personnalités noires pour une rencontre à la Maison-Blanche ? {…} Plus tard, sur le départ, il m’a lancé un regard et m’a dit en souriant : « Prenez soin de vous »« .
Deux semaines plus tard, il était assassiné.

Par Marisa

Publicités

Une réflexion sur “Des havanes à la Maison-Blanche

  1. Ce que j’ai apprécié dans cet essai, c’est la variété des textes, qui éclairent à la fois l’homme et son oeuvre. L’amitié de Styron pour l’écrivain noir James Baldwin en pleine période de lutte pour les droits civiques, dont il écrit qu’elle est « le plus beau cadeau de la part d’un petit-fils d’esclave à un petit-fils de propriétaire d’esclave « , permet de mieux comprendre les choix d’écriture de son grand oeuvre, les Confessions de Nat Turner.
    J’ai beaucoup aimé les pages où Styron explique pourquoi il apprécie Mark Twain, aujourd’hui si décrié : parce que, finalement, ils se ressemblent; blancs, originaires d’un état esclavagiste du Sud, …
    Plus anecdotique, mais très beau et drôle, le texte sur son goût pour la randonnée…
    Instructif…

    J'aime

Vous voulez réagir à ce post ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s