Ces bordelais qui ont fait l’histoire, d’Isabelle de Montvert-Chaussy

Voici une bonne idée de cadeau de Noël, que vous soyez bordelais ou pas. Personnellement, je ne le suis pas et ça ne m’a pas empêchée d’apprécier ce bouquet de portraits étonnants qui m’a permis de découvrir des personnalités que je ne connaissais pas.  C’est le cas de l’affriolante Theresia Cabarrus qui, au 18e siècle, multiplie les amants, dont Tallien, l’homme fort de Danton. Ou encore Anna Hamilton, médecin et pionnière de la professionnalisation des infirmières au début du 20e siècle. Cet ouvrage permet également d’améliorer nos connaissances de personnes célèbres comme Rosa Bonheur, femme peintre, amie des animaux, ou Marie Laforêt, la fabuleuse chanteuse et comédienne. Non, il n’y a pas que des portraits de femmes ! Mais mon choix s’est porté instinctivement vers celles-ci. Que voulez-vous, on ne se refait pas ! Et c’est tout l’intérêt de ce livre : un index où chaque personne est identifiée par une phrase qui nous interpelle, et la possibilité de le lire de façon chronologique ou pas. Il y a évidemment Montesquieu, Mauriac ou Chaban-Delmas. Mais aussi Toulouse Lautrec, Cousteau, Danielle Darrieux et j’en passe. Isabelle de Montvert-Chaussy, journaliste à Sud-Ouest, brosse une cinquantaine de portraits d’une grande diversité en donnant à chacun le ton qui lui convient. 

Babeth, le 16 décembre 2021

Ces bordelais qui ont fait l’histoire, Isabelle de Montvert-Chaussy, Le Papillon Rouge Editeur.

Rien ne vaut ce jour, de Jean-Marc Benedetti

Vous rappelez-vous, c’était il n’y a pas si longtemps pourtant, de ces jours de fin d’été, où les jours d’août chevauchent ceux de septembre ? La chaleur est toujours là, tout en baissant d’intensité. Les rayons du soleil ne brûlent plus, ils réchauffent. Toutefois, s’il y a l’« été » dans la fin de l’été, il y a aussi la « fin » qui commence à poindre. Un sentiment de nostalgie apparaît, peut même vous étreindre car vous sentez que ces jours-là ne dureront pas. Alors vous profitez de ces instants qui vous rendent heureux et vous les savourez d’autant plus que vous avez conscience que le froid, la grisaille et la pluie s’annoncent.

Jean-Marc Benedetti à la Machine à musique, Bordeaux, 2021

Lire le livre de Jean-Marc Benedetti, Rien ne vaut ce jour, a fait écho à cette saison que je me suis inventée. Après plusieurs romans sombres prenant pour thèmes la mort de son épouse et celui de la douleur de l’exil, Jean-Marc Benedetti s’est laissé gagner par la lumière dans son nouveau livre. Celui-ci regroupe plusieurs textes explorant l’instant de bonheur comme une bulle protectrice. Celle-ci vous rappelle que le monde et la vie peuvent être terrifiants, cruels, il existera toujours comme une pulsion de vie, une bulle de bonheur. En écrivant ces quelques mots, je pense à ce premier texte de J.M. Benedetti, décrivant le chef d’orchestre allemand Furtwängler dirigeant ses musiciens, et faisant émerger la musique, quand Berlin, tout autour, tombe sous les bombes.

Lire la suite »

Jouissance Club

jouissance club par june pla

Il paraît que pendant le confinement, les ventes de tests de grossesse ont fortement augmenté. Les Français savent faire des bébés, mais qu’en est-il du plaisir ? Connaissent-ils leur corps et celui de leur partenaire ?

« Le coït pourrait être une option non un but. »

Dans Jouissance club, Jüne Pla nous parle. Enfin… Elle te parle à toi. Et elle a bien raison de te tutoyer, c’est direct et efficace : avec elle pas de tabou.
D’abord elle te propose de dire bonjour à ton sexe. Avec ses magnifiques dessins (oui j’ai oublié de te dire que Jüne est character designer dans les jeux vidéo), elle détaille chaque élément de la vulve et du pénis. Son langage est décomplexé et drôle. Tous les sujets liés au sexe sont expliqués : la dyspareunie, l’orgasme, le dickclit, les IST, l’endométriose, l’anorgasmie, l’érection,… Tu ne connais pas tous ces mots ? Tu vas apprendre plein de choses en lisant Jouissance club.

Dans une seconde partie, Jüne donne des conseils illustrés et fait une cartographie des zones du plaisir. Pour cela, elle utilise des personnages : Truc Muche a un pénis, Bidule a une vulve, et Machin-chose peut être les deux. Ils sont volontairement agenrés car « même si le monde s’est construit de manière très binaire et que nos croyances veulent qu’un homme ait un pénis et une femme une vulve, il existe aussi des personnes non binaires, gendrefluids, agenres, des personnes qui se retrouvent dans plusieurs de ces catégories. »

Bienvenue dans la grande aventure du plaisir : tu vas découvrir les joies de la pougnette sacrée, du tétonlungus, des nombreuses possibilités de massage de glands (les deux mon capitaine).

Voilà quelques exemples pour le contenu, mais tu as en plus la chance de lire une préface de Martin Page (l’auteur de Au-delà de la pénétration, paru aux éditions Monstrograph en 2019) que je rêvais de rencontrer à l’Escale du livre cette année. Je partage son avis concernant la bienveillante Jüne Pla :

« Nous avons besoin de voix qui ne viennent plus des institutions et des professionnels, mais de tout un chacun. De celles et de ceux qui explorent et proposent des idées et des solutions, de celles et de ceux qui inventent et imaginent une sexualité égalitaire, féministe et renversante. »

Babeth, 14 mai 2020

Pourquoi écrire ? de Philip Roth

Résumer en quelques mots cette compilation me paraît impossible. Je vais devoir faire des choix, je ne pourrais pas tout vous dire : vous serez obligés de lire Pourquoi écrire ? 

Pourquoi écrire ? par Philip Roth

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Philip Roth est né en 1933 et a grandi dans la communauté juive de Newark. Auteur de 31 livres, il a cessé d’écrire en 2012 et est décédé le 22 mai 2018. Il fait partie de cette génération exceptionnelle d’écrivains d’après-guerre qui ont fait de la littérature américaine ce qu’elle est depuis presque un demi-siècle.

Ce livre nous permet d’entendre la voix de Roth sur sa propre écriture : « Jour après jour pendant cinquante ans, j’ai fait face à la page suivante, sans défense et sans préparation. Pour moi écrire était un acte d’autopréservation. » Il nous parle de ses personnages : « Mon intention n’est pas de présenter les hommes de mes romans comme ils devraient être mais comme les êtres insatisfaits qu’ils sont. », ou du langage dans l’écriture : « Je suis porté vers une prose qui a les tours, les accents, les cadences, la spontanéité et la souplesse de la langue parlée et qui est en même temps bien campée sur la page, tempérée par l’ironie, la précision et l’ambiguïté que l’on trouve dans la littérature de facture traditionnelle ».

Dans ses romans, il cherche à approfondir des questions sur la vie, la sexualité, l’écriture, la vieillesse et la mort. Il fut souvent critiqué pour son rapport au judaïsme. Dans une lettre ouverte à Wikipédia, où nous retrouvons son humour cinglant, il réfute ce qu’il y est écrit. Il décortique ses romans et ses personnages jusqu’à leur donner une vraie vie, leur propre parole. Prenant pour exemple l’un d’entre eux, il dit « Une fois de plus, ce n’est pas aux juifs que Zuckerman s’en prend, mais à ceux qui calomnient et dénigrent publiquement les juifs. »

Lors d’un discours prononcé pour ses 80 ans, il revient sur le travail des auteurs américains :
« Cette passion pour la spécificité des choses, pour l’hypnotique matérialité du monde dans lequel nous vivons, est fondamentalement au cœur de la tâche assignée à tous les romanciers américains… Trouver en mots la description la plus saisissante et la plus évocatrice de la dernière des petites choses qui font de l’Amérique ce qu’elle est… C’est dans sa fidélité scrupuleuse à l’avalanche de données précises constitutives d’une vie personnelle, dans sa physicalité, que le roman réaliste… trouve son implacable intimité ».

Déjà en 1961, Philip Roth affirmait que pour comprendre, décrire et rendre crédible la réalité américaine, l’auteur en a plus qu’il ne faut. « La surabondance de la matière défie les pauvres ressources de son imagination. La réalité dépasse sans cesse notre talent et la société produit tous les jours des personnages à rendre jaloux n’importe quel romancier. »

Dans cette compilation, nous trouvons également des conversations qu’il a eues avec des auteurs principalement européens et tchèques. Ni pour ni contre le communisme, Roth est surtout révulsé par les injustices. L’histoire de l’Amérique d’après-guerre, la chasse aux communistes vont inspirer Roth notamment lorsque son ami et professeur Bob Lowenstein se verra interdire d’exercer pour déviance politique et parce que trop dangereux pour qu’on le laisse exercer une quelconque autorité sur les jeunes. Il lui inspirera le personnage le plus important de J’ai épousé un communiste.

Après des vacances à Prague en 1972 où il rencontre les traducteurs de ses romans, il décide d’y retourner plusieurs années de suite. Il s’attachera à un groupe d’écrivains, journalistes et professeurs, tous persécutés par le régime totalitaire installé par les soviétiques en Tchécoslovaquie. C’est ainsi qu’il devient l’ami d’Ivan Klima et de Milan Kundera. Les conversations qu’il entretient avec ces auteurs nous apprennent autant sur Roth que sur leur propre écriture.

Je n’ai sûrement pas été exhaustive, j’ai omis de vous parler de ses conversations avec Primo Levi, et également des accusations dont Philip Roth se défend, notamment sur ce qui lui aurait inspiré La tache. Ce recueil de textes dont je vous conseille la lecture est une source inépuisable de connaissances sur l’écriture.

Babeth, 1er septembre 2019