Derniers feux sur Sunset

Avec Derniers feux sur Sunset, Stewart O’Nan offre à ses lecteurs une belle biographie romancée des dernières années de la vie de Francis Scott Fitzgerald.

L’auteur de Gatsby le magnifique est au crépuscule de sa vie, criblé de dettes et alcoolique. En 1937, il part s’installer à Hollywood avec l’espoir que sa notoriété d’écrivain lui permette de participer à quelques scenarii et d’avoir ainsi son nom au générique d’un film. Il quitte donc l’est des Etats-Unis, laissant Zelda en proie à la folie, internée dans un hôpital psychiatrique, et leur fille Scottie en pension. Mais les studios hollywoodiens ne font pas grand cas de Fitzgerald, à qui ils confient l’écriture de scénarii de films faciles et sans envergure, pour les lui retirer presque aussitôt et les confier à d’autres scénaristes. Il est traité comme un écrivaillon interchangeable, ce qui renforce son sentiment que ses faits d’écriture sont derrière lui. Lire la suite

Publicités

Le fer et le feu de Brian Van Reet

le-fer-et-le-feu-brian-van-reet-liseuses-de-bordeaux

La tragédie du 11 septembre a poussé de nombreux jeunes Américains à s’engager dans l’armée, traumatisés par ce que venait de vivre leur pays, ressentant l’urgence d’agir pour défendre les Etats-Unis et l’Occident.
Parmi eux figurait Brian Van Reet, 20 ans, originaire de Houston. Il s’engage en novembre 2001 et part se battre en Irak. Il y restera quatre ans.

« Je n’avais jamais vraiment songé à rejoindre l’armée en temps de paix, mais j’ai été assez fou pour le faire quand la guerre a éclaté. Ce n’était pas tant pour venger les attentats que par inconscience. C’était une sorte d’acte autodestructeur, je voulais voir le côté sombre de la nature humaine, sentir la mort de près. Je viens d’une famille de militaires : mes deux grands-parents paternels étaient dans l’armée. »

Lire la suite

Je pensais que mon père était Dieu

je-pensais-que-mon-pere-etait-dieu-paul-auster-liseuses-de-bordeauxEn septembre 1999, sur les ondes d’une radio nationale, Paul Auster demande aux auditeurs américains de lui envoyer des récits qui ont marqué leur vie.
« Ce qui m’intéressait le plus, ai-je précisé, c’étaient des histoires non conformes à ce que nous attendons de l’existence, des anecdotes révélatrices des forces mystérieuses et ignorées qui agissent dans nos vies, dans nos histoires de famille, dans nos esprits et nos corps, dans nos âmes. En d’autres termes, des histoires vraies aux allures de fiction. »
Sur 4000 textes reçus, l’écrivain en sélectionne 172 qu’il réunit dans cette anthologie.
Que vous choisissiez de lire les textes dans l’ordre ou en les picorant, de-ci, de-là, au gré de vos envies, parcourir ce recueil est un ravissement. Parfois poétiques, parfois drôles, parfois nostalgiques, ces récits constituent un point de vue kaléidoscopique sur la réalité américaine. Paul Auster nous fait côtoyer l’intime, traque ces petits riens, ces instants où la vie quitte la banalité du quotidien pour rejoindre l’extraordinaire, sans pour autant perdre son caractère profondément humain.
Un livre à avoir à portée de main, dans sa bibliothèque, et à lire et relire sans modération.
Marisa, 28 novembre 2017

Harlan Coben, l’homme tranquille

Sacrifice de Joyce Carol Oates

joyce-carol-oates-sacrifice-liseuses-de-bordeauxDécidément, la romancière américaine Joyce Carol Oates m’impressionne par l’abondance et la qualité de sa production littéraire. J’avais à peine terminé la lecture de Carthage (2015) que Daddy love (avril 2016) trouvait déjà sa place sur la table des libraires, suivi dès octobre 2016 par Sacrifice. Les phénomènes sociaux américains dans lesquels son œuvre s’enracine n’ont pas fini de d’inspirer la romancière… Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :