Dans la forêt de Jean Hegland

En janvier dernier sortait chez Gallmeister Dans la forêt, le premier roman post-apocalyptique de l’Américaine Jean Hegland. Lors de sa parution aux Etats-Unis en 1996, ce livre a connu un véritable succès et fait l’objet d’une adaptation cinématographique.

L’atmosphère. Le monde s’effondre. Dans sa chute, il entraîne tout ce que notre civilisation avait construit jusqu’alors. Le quotidien des gens, leur mode de vie, tout est voué à disparaître.
La coupure d’électricité et la pénurie d’essence compliquent considérablement les déplacements et condamnent à l’inutilité et à l’obsolescence tout ce qui fonctionnait grâce à elles.
Plus profondément, c’est la notion même de société qui touche à sa fin. Les villes se dépeuplent, les gens meurent, terrassés par les maladies, faute de soins. Les survivants fuient dans l’espoir de trouver un ailleurs où la vie semble encore possible.

Mais attendez ne partez pas encore… Lire la suite

Publicités

Un été à quatre mains

 

Le 23 mars dernier, les Ateliers Henry Dougier ont lancé une nouvelle collection consacrée à la littérature française, proposant pour premier titre un roman de Gaëlle Josse, Un été à quatre mains.

Résumé éditeur : Parfois, il suffit de quelques jours pour dire toute une vie… Franz Schubert, compositeur déjà reconnu mais désargenté, a été invité comme maître de musique de deux jeunes filles de la haute aristocratie viennoise, dans leur somptueuse résidence d’été en Hongrie. Franz reconnaît bientôt en l’une des deux comtesses, Caroline, la plus jeune et la plus talentueuse, son âme sœur. Cet amour, cependant, va se briser sur les conventions et les interdits de caste. Cette passion fut-elle partagée ? Certains gestes, même les plus ténus, ne sont-ils pas, parfois, des aveux ? Un été à quatre mains explore les invisibles mouvements du cœur, et le mystère d’une histoire entre deux êtres qui rêvent d’un monde où ils trouveraient enfin leur place.

Notre avis : Lire Gaëlle Josse est une expérience à la fois poétique et reposante. Bercée par la musique de Schubert depuis son plus jeune âge, l’auteure nous livre un récit au phrasé délicat. La musicalité de son texte rappelle d’ailleurs l’œuvre du compositeur viennois : sobriété élégante, beauté discrète, sans fioriture inutile.

« Schubert parle au coeur, en accompagnant les plus ténus, les plus impalpables de nos états émotionnels intérieurs, sa musique nous atteint avec une désarmante simplicité, comme la main d’un ami posée sur notre épaule. »

Malgré sa brièveté, ce texte constitue une belle plongée dans l’univers de Schubert.

Marisa, 9/4/2017

 

Chaleur de Joseph Incardona

joseph-incardona-chaleur-liseuses-de-bordeaux

Finlande, championnat du monde de sauna. Le dernier qui sort est déclaré vainqueur.

Prenez Niko, star du porno bio et Igor, ancien militaire russe, enfermez-les dans un sauna chauffé à 110°, vous aurez les ingrédients du roman le plus original de cette rentrée littéraire, mené d’une plume de maître par Joseph Incardona.

Si nos deux concurrents n’étaient pas si sérieux, le championnat du monde de sauna pourrait passer pour une réunion de farfelus masochistes en quête de sensations fortes.

Au début, le regard porté sur Igor, au look improbable et à la discipline martiale, et Niko, hédoniste et baiseur professionnel, est délicieusement ironique. Et on rigole, on rigole beaucoup.

Puis, à mesure que la compétition avance, la détermination des deux personnages prend consistance et force le respect. L’objectif est clair et n’admet aucun compromis : gagner à tout prix, quitte à y laisser sa peau.

Le rire s’efface, le suspense monte. L’enjeu est vital, le ridicule laisse place à la grandeur.

110°, c’est quand même chaud.

Marisa, 19 janvier 2017

Le grand roman de l’Amérique

Ron Rash était l’invité du festival Lettres du Monde en novembre dernier. Extrait de la rencontre intitulée Le grand roman de l’Amérique, animée par Marisa à la bibliothèque Mériadeck le 19 novembre. A la suite, nous vous proposons des entretiens de Marie-Caroline Aubert, son éditrice (Le Seuil) et d’Isabelle Reinharez, sa traductrice, afin d’enrichir votre connaissance de ce grand écrivain.

wp-image-1364551229jpg.jpg

Lire la suite

Singe savant tabassé par deux clowns

singe-savant-tabasse-par-deux-clowns-georges-olivier-chateaureynaud-liseuses-de-bordeauxLes nouvelles de Georges-Olivier Châteaureynaud sont de petits bijoux qui pourraient chacun faire l’objet d’un court-métrage extraordinaire. Dans Singe savant tabassé par deux clowns, couronné du Goncourt de la nouvelle en 2005, l’auteur nous transporte de la réalité à l’insolite, par un glissement subtil et parfaitement maîtrisé du récit.

Sous la plume de cet auteur naît une kyrielle de personnages étranges : une prostituée au front mystérieusement tatoué, une petite fille fantomatique surgissant du brouillard, sans compter les sœurs Ténèbre, trio infernal né de l’esprit d’un producteur de cinéma… Quelques inventions aussi, telles ces machines à fusiller automatiques installées à Écorcheville ou ces aïeuls ressuscités grâce à l’extraction de souvenirs…

Chaque histoire est l’occasion pour l’auteur d’interroger la réalité qui nous entoure. Gorgées d’humour, ces nouvelles nous hantent longtemps, longtemps, bien après avoir refermé le livre….

A lire de toute urgence.

Marisa,  2 juin 2016