Personne n’a peur des gens qui sourient

Le dernier roman de Véronique Ovaldé Personne n’a peur des gens qui sourient, édité chez Flammarion, se lit comme un thriller psychologique dans lequel l’autrice a su habilement ménager le suspense jusqu’à la fin.

Le premier chapitre est à ce titre remarquable, la tension y est à son paroxysme. Après avoir en toute hâte rassemblé le strict nécessaire – le Beretta de son défunt mari, les passeports, les peluches de la benjamine et des livres pour l’aînée – Gloria, l’héroïne, embarque ses deux filles à la sortie de l’école et leur fait parcourir la France sans aucune explication, des rivages de la Méditerranée à un petit bourg alsacien où la jeune femme possède une maison héritée de sa grand-mère. Gloria agit avec détermination et sang froid, apparemment prête à tout pour aménager « une zone de sauvetage » à ses filles et les mettre à l’abri du danger.

Mais de quel danger s’agit-il ? Lire la suite

Fugitive parce que reine

Mère de poète, un rôle bien difficile

biblliotheque-bordeaux-logo-liseuses-de-bordeauxLa bibliothèque du Grand-Parc à Bordeaux a invité samedi 15 février Marie-Hélène Sainton pour une nouvelle conférence intitulée « Les poètes et leur mère« . Deux Liseuses y ont assisté et vous en donnent une libre interprétation…

Baudelaire, Verlaine, Rimbaud… Quelle relation ces trois génies avaient-ils avec leur mère ? Ont-elles compris leur génie avant les autres ? Les ont-elles encouragés dans cette voie difficile qu’est la poésie ? Au vu de leurs existences pour le moins tourmentées, cette relation s’avère bien difficile… Lire la suite

Les écrivains et leur mère

marie-helene-sainton-bibliotheque-grand-parc-liseuses-de-bordeauxLa bibliothèque du Grand-Parc à Bordeaux a invité samedi 8 février Marie-Hélène Sainton pour une conférence intitulée « Les écrivains et leur mère« . Vous n’y étiez pas ? Deux Liseuses vous racontent…

C’est avec beaucoup de vivacité et d’enthousiasme que Marie-Hélène Sainton nous a présenté son travail sur la place de la mère dans la vie et l’oeuvre des écrivains.
Pour illustrer son propos, elle a choisi quatre écrivains à première vue bien différents : Hervé Bazin, Albert Cohen, Charles Juliet et Romain Gary dont elle nous a rapidement exposé la biographie, puis lu quelques extraits de romans autobiographiques. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :