L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante

elena-ferrante-l-amie-prodigieuse-liseuses-de-bordeaux

Sur les conseils de Catherine, j’ai lu L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante, livre que j’ai beaucoup aimé. Pourquoi avons-nous toutes les deux aimé ce livre ?
Tout d’abord, il faut préciser qu’Elena Ferrante est une auteure bien mystérieuse. Elle n’accorde que très peu d’entretiens. Tout ce que nous savons d’elle (ou de lui ?), c’est que cette personne est née dans la région de Naples et a grandi dans un quartier pauvre avant de gravir l’échelle sociale.

Personne ne sait réellement qui se cache derrière son pseudonyme. L’utilisation d’un nom de plume lui permet de protéger sa vie privée, mais aussi celle de la communauté napolitaine dont elle parle dans ses livres. Rester incognito, c’est aussi pour elle une façon de ne pas subir la pression sociale liée à la notoriété. Ce sont des éléments importants pour comprendre L’amie prodigieuse, premier tome d’une série racontant l’enfance et l’adolescence d’Elena et Lila dans les années 50, au cœur d’un quartier populaire de Naples.

 

image-lectrice-livre-liseuses-de-bordeaux

Pour Catherine, cette lecture est un grand plongeon dans l’Italie des années 50, avec sa misère, son dialecte si typique avec des enfants un peu crasseux qui font tout pour s’en sortir, menant une existence en marge de celle des adultes.
« J’adore être immergée dans un pays, un contexte inconnu que tu abordes par la petite histoire des petites gens et non par celle de la grande Histoire. Autre souffle aussi prodigieux que l’amie, c’est celui de l’importance de la culture, de la lecture, des études.  Et enfin, l’attachement si fort à tous ces personnages. Tu as hâte de les retrouver, tu ne peux plus lâcher le livre et tu pleures presque de bonheur à les retrouver dans la suite et la certitude de les voir poursuivre leur vie dans un troisième volume te donne un espoir fou. »

Pour ma part, j’ai aimé la sincérité des personnages et apprécié la justesse avec laquelle elle décrit les sentiments des protagonistes. Mama mia ! Cette odeur d’Italie, ces adultes exubérants, cette existence très codée où le sens de l’honneur prime sur tout autre sentiment…
Elena Ferrante nous raconte la vie de ses personnages, les espaces dans lesquels ils évoluent, la façon dont le temps coule sur eux et renvoie le lecteur à ses propres questionnements : sur l’amitié, la destinée de chacun, tributaire de sa condition sociale, la condition féminine en particulier, dans une société loin d’être égalitaire…
Comme mon amie, j’aime le personnage de Lila, plus teigneuse qu’Elena, peut être un peu plus directe et honnête, rejetant en bloc toute concession ou compromis. Pour Catherine, la relation entre Elena et Lila est très intéressante, car elle évoque les fluctuations de l’amitié : « L’amitié n’est pas si linéaire et c’est intéressant de la voir évoluer, de la suivre, de voir son fil se tordre, parfois, sans que ce soit la fin du monde. L’amitié s’apprend, et c’est cette relation que décrit si bien Elena Ferrante. »

Merci Catherine pour ce partage et cette belle découverte.

Babeth, 15/03/2016

Publicités

Une réflexion sur “L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman aussi, je l’ai trouvé très touchant : les personnages sont attachants et la peinture de la société napolitaine de l’époque est réaliste. J’ai très envie de lire la suite…

    J'aime

Vous voulez réagir à ce post ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s