Le bourreau de Gaudi de Aro Sáinz de la Maza

Bâtir est un terme d’architecture, mais aussi de couture. Cette enquête m’a fait l’effet d’un long travail de construction, comme peut l’être la Sagrada Familia. Aro Sáinz de la Maza a tendu les fils de son ouvrage jusqu’à la dernière page.
Peu à peu, nous découvrons Barcelone avec sa beauté architecturale, son agitation, sa chaleur mais également ses nuits sombres, son envie d’être la plus attirante possible, au prix de nombreux sacrifices.
Avant le lever du soleil, celui que l’on nommera le Bourreau de Gaudi allume le feu sur la ville : un combat incessant oppose le Bourreau à Barcelone. Car la ville de Barcelone est un personnage qui compte dans les méandres de cette intrigue. Le Bourreau accroche ses victimes aux bâtiments construits par Antonio Gaudi à l’aide de câble d’acier et les fait brûler vives. Auparavant, il les a soumises à sa volonté, dans un cachot, pendant plusieurs jours.
Ce polar bien ficelé a un goût de vengeance. 
Pour défaire tous les nœuds, Milo Malart est appelé à la rescousse par la juge d’instruction Susanna Cabot. Ce flic anéanti par le suicide de son neveu rend notre enquête palpitante. Il nous énerve autant qu’il nous émeut. Caractériel, il malmène ses collègues. Intuitif, il est capable de lire dans l’esprit des gens. Tous les échafaudages sont en place pour faire de ce roman policier un sacré monument.
Lorsque je le rembobine jusqu’à la première page, je suis stupéfaite des éléments qui m’étaient donnés à voir tout au long du roman sans que je ne les aperçoive. Le bourreau était là et je ne le voyais pas !
Babeth, 19 février 2018
Publicités

Ma nuit de la lecture

Le 20 janvier, bibliothèques et librairies ont ouvert leurs portes en soirée pour dévoiler de manière ludique et festive la richesse de leurs collections*. Certains lecteurs ont pu, comme à Limoges, dormir dans la médiathèque. D’autres lieux ont proposé des jeux et des lectures. C’est le cas de la médiathèque de Podensac où s’est rendue Babeth…
 
Il fait nuit, je déambule dans la bibliothèque sans but précis. Juste observer, capter les sons, regarder les autres lecteurs, curieux comme moi de cette belle aventure. Je leur souris. Déjà l’entrée donnait le ton : quelques bougies dans des pots montrant le chemin. Un guide chapeauté (et accompagné d’un drôle d’animal en peluche sur l’épaule) me donne, d’une voix douce, le choix entre deux espaces.

La malle aux livres des Comptoirs de Magellan

Je ne remercierai jamais assez mon amie Agnès de m’avoir fait découvrir, il y a bien longtemps, cette boutique de Bordeaux : Les Comptoirs de Magellan. C’est devenu un incontournable lorsque je dois faire des achats en ville. On y trouve de tout : une bonne bouteille de vin au sous-sol, un portefeuille en cuir de buffle à l’étage, et au rez-de-chaussée, au milieu d’une vaisselle délicate et des pulls colorés … des livres. A la veille de Noël, j’avais envie de vous faire un cadeau : partager avec vous, si vous ne le connaissez pas déjà, ce lieu magique. Et la meilleure façon de le connaître, c’est de faire parler ses propriétaires…

Quand et comment est né ce magasin ? En 2003 dans la canicule d’un été trop chaud… Nous étions quatre anciens de Nature et découvertes à vouloir partager notre soif de voyages. Notre but : satisfaire les voyageurs réels ou imaginaires au travers de la littérature, de la culture, des objets, des senteurs et des saveurs. Nous avons aussi une zone enfant pour sensibiliser les plus jeunes à la diversité du monde.

Indépendant ou chaîne de magasin ? Nous  sommes une entreprise à taille humaine avec trois magasins (à Bordeaux, Libourne et la Teste). Pas de logique de chaînes ou de business-plan de grande expansion. Notre développement se fait au fil des rencontres.

Comment choisissez-vous les livres (et romans en particulier) que vous vendez ? Nous ne sommes pas inféodés à l’office. Les livres que nous avons sont référencés par Roxane qui a suivi une formation de philo et métiers du livre. C’est un mélange de nouveautés, de fond et surtout de coups de coeur. Nous vendons aussi des livres à des personnes qui ne rentrent pas forcément dans les librairies traditionnelles. 

Quels sont les livres que vous vendez le plus ? En cette période de fêtes (mais cela fluctue avec nos coups de cœurs et nos dernières lectures… tout est  relatif), voici quelques exemples : 

Encore des nouilles (chroniques culinaires) de Pierre Desproges
Le restaurant de l’amour retrouvé de Ito Ogawa
Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos, un super roman ado/adulte qui se dévore

Quels sont vos coups de cœur lecture, vos conseils pour Noël ?
Le royaume des voix, roman espagnol d’Antonio Muñoz Molina. Roman choral magnifique qui évoque, à travers de multiples personnages, la vie des habitants d’un village perdu au fin fond de l’Andalousie sur une centaine d’années. Un chef d’oeuvre : il donne la voix à des sans voix, des témoins de leur temps courageux.

Underground Railroad de Colson Whitehead. Fuite d’une esclave noire du Sud à travers un réseau clandestin d’hommes voués à les aider. Beau roman, le sujet est tellement ardu : doter une esclave presque analphabète d’une pensée réflexive sur l’identité noire qui revendique et prend conscience de son propre pouvoir politique dans cette Amérique blanche terrorisée par cette force. Après Toni Morrison, c’est courageux d’écrire sur le sujet.

La chorale des maîtres bouchers, roman de Louise Erdrich.

L’incroyable histoire de Wheeler Burden, de Selden Edwards. Passé un peu au travers de la critique… Un enfant qui naît juste après la guerre, de bonnes fées qui semblent régir sa vie… Et pan ! Un matin, il se réveille dans la Vienne des années 30. Belle histoire, originalité et surprise jusqu’à la fin.

Le bourreau de Gaudi, polar de Aro Sainz de la Maza. Haletant, original, impossible à lâcher !

En jeunesse, nous vous conseillons tous les romans de Jean-Claude Mourlevat : on aime Le combat d’hiver, Le chagrin du roi mort ou Terrienne.

En récit de voyage, nous aimons beaucoup Sylvain Tesson : nous vous conseillons tout de lui !

 

Propos recueillis par Babeth, décembre 2017

Les Comptoirs de Magellan se trouvent :
16 rue Ravez à Bordeaux
32 place Abel Surchamp à Libourne
251 avenue du Parc des Expositions à La Teste-de-Buch

Pascale Fougère, interprète

Pain amer de Marie-Odile Ascher

Pain amer retrace la vie de Marina. 
Petite-fille de Russes blancs ayant fui leur pays suite à la prise du pouvoir par les bolchéviques, elle naît en France. La vie d’émigrés n’est pas simple pour ses parents, mais son enfance est douce et aimante. Elle grandit sur la Côte d’Azur, tombe amoureuse de Marc et attend ses 21 ans pour l’épouser.
Ce destin tout tracé est remis en question lorsque sa famille décide de retourner dans son pays.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :