Un lien invisible entre les lecteurs

© France 3 / Culturebox

© France 3 / Culturebox

de-la-part-de-bibliotheque-dunkerque-liseuses-de-bordeaux

Au fil des semaines, les lecteurs ont constitué une sorte de bibliothèque idéale, taguant des oeuvres parfois oubliées dans les rayonnages. Un Boris Vian, un Salinger, La liste de Schindler tagué par un lecteur ou le Dictionnaire de la méchanceté choisi par Marie-Madeleine… Devenus prescripteurs, ils ont progressivement tissé entre eux des liens invisibles, véritable « réseau de papier » permettant à d’autres de découvrir des oeuvres qu’ils n’auraient pas eu l’idée de lire.
e ne choisis as celui avec lequel j’entre en relation  

De cette manière, les habitants ont « le sentiment de faire l’expérience du bien commun à travers la collection qui n’est pas la collection de la bibliothèque, mais la collection des Dunkerquois » souligne Amaël Dumoulin. Nul besoin d’être usager de la bibliothèque pour participer : les bibliothécaires ont eu la surprise de rencontrer des gens éloignés de la lecture qui comprenaient, très finement, le sens de l’opération.

bibliotheque-dunkerque-liseuses-de-bordeaux1

©KidsinDunkerque


Je peux entrer, prendre une étiquette, la coller sur un livre que j’ai aimé, et ressortir.

Article écrit le 25 mars 2015

Propos recueillis par Marisa
Un grand merci à Amaël Dumoulin pour m’avoir accordé cet entretien
25/03/2015

Publicités

Vous voulez réagir à ce post ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s