Attention : Amours de Léonor de Récondo est un roman sensible

leonore-de-recondo-amours-les-liseuses-de-bordeauxDans la France provinciale du début du XXème siècle, deux femmes s’aiment. L’une, Victoire, est une bourgeoise corsetée et désœuvrée, mariée par petite annonce à un notaire avec qui elle ne partage rien. L’autre, Céleste, bonne à tout faire, fille d’une famille de paysans pauvres et rudes, n’attend rien de la vie et subit le droit de cuissage du maître de maison. Rien ne se fait par amour dans cette maison. Tout n’y est que convenances, secrets et silences. Drame ordinaire dans une maison bourgeoise dont « les métrages de tissu […] absorbent les soupirs pour n’en restituer qu’un écho ouaté ».

Sauf que les deux femmes s’aiment. Et le titre de ce roman prend tout son sens : amour de deux femmes, amour d’une mère pour un enfant, amour d’une femme pour son mari mutilé par la guerre.

Amours aurait pu être un roman d’une autre époque, plus classique. Mais les thèmes abordés l’ancrent dans la littérature contemporaine. Léonor de Récondo traite de l’émancipation des corps, d’abord : Victoire et Céleste ne connaissent pas leur corps. La première est corsetée au point de ne pas connaître sa nudité, la seconde trimballe son corps comme un objet. Ensemble, elles découvrent le plaisir qu’il peut leur donner : « […] son corps a enfin grandi, il existe, il s’est lié à un autre. Et ce monde, dans lequel elle a jusqu’ici avancé aveuglément, résignée, opinant à tout sans la moindre résistance, prend une teinte nouvelle, brûlante. Ce simple geste l’a rendue vivante. »

Avec cet amour interdit, Victoire et Céleste prennent conscience du rôle dans lequel la société contraint les femmes : être mariées et mères. Seulement être mère est complexe et prend du temps. L’inné n’a que peu à faire avec l’éclosion du sentiment maternel. Et la tentation de se réfugier dans le cocon de leur amour est grande pour supporter le poids des conventions sociales.

Mais deux femmes seules peuvent-elles contrevenir à la société ? Dans un chapitre bouleversant, Léonor de Récondo fait basculer le récit dans le drame et, en même temps, rend visible Céleste jusque-là plutôt effacée… Céleste qui subit la violence sociale de plein fouet prend conscience qu’elle n’a pas les armes pour lutter. L’élaboration de son échappatoire n’est plus qu’une question de temps.

L’écriture de Léonor de Récondo est d’une grande sensibilité. Les mots précis et les phrases justes permettent d’éviter l’écueil du stéréotype. La musique est un subtil personnage secondaire de ce roman, tantôt lyrique, tantôt dramatique : « Les trois croches du triolet sont liées ensemble, chacune découlant de l’autre».

Très belle lecture !

Florence, 27/02/2015

Publicités

Une réflexion sur “Attention : Amours de Léonor de Récondo est un roman sensible

  1. Merci Florence de m’avoir donné envie de le lire, par tes paroles, par tes mots dans cet article. J’ai adoré. difficile de passer à un autre livre après ça

    J'aime

Vous voulez réagir à ce post ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s