Paul Auster : « Écrire est une expérience physique »

paul-auster-la-pipe-d-oppen-liseuses-de-bordeauxLe dernier roman de Paul Auster paru en français était Sunset Park (2011). Cette fois-ci, après avoir publié deux récits résolument autobiographiques, Chronique d’hiver et Excursions dans la zone intérieure (un livre qui m’est tombé des mains), l’auteur américain nous revient en librairie avec La pipe d’Oppen, un recueil d’essais, discours et préfaces, quatorze textes couvrant une période de 2001 à 2015.

Que vous soyez complètement accro à Paul Auster ou que vous n’ayez jamais rien lu de lui, cet ensemble de textes est une belle occasion de pénétrer son univers romanesque, de percevoir son cheminement intellectuel et de comprendre plus intimement son rapport à l’écriture. Lire la suite

Kokoro

delphine-roux-kokoro-liseuses-de-bordeaux

Vous n’avez pas encore lu le premier roman de Delphine Roux, petit bijou de la rentrée d’automne ? Original et poétique, ce récit aborde avec délicatesse la question du deuil et rend magnifiquement hommage aux liens unissant un frère et une sœur.
Voici un résumé de cette histoire, suivi d’une interview exclusive de l’auteure…

L’histoire
Koichi et Seki n’ont que douze et quinze ans lorsque leurs parents meurent dans l’incendie du théâtre de la ville. Depuis ce drame, Koichi, le petit frère, feint de vivre, plongé dans un deuil dont il n’arrive pas à s’extraire. Habité de souvenirs, il erre en bordure de l’existence, comme si sa vie s’était arrêtée l’année de ses douze ans. Lire la suite

Conversation avec Aurélie Tronchet, traductrice

laura-kasischke-esprit-d-hiver-liseuses-de-bordeaux

Aurélie Tronchet a reçu le prix de littérature traduite du festival Lire En Poche pour sa très belle traduction du roman Esprit d’hiver de Laura Kasischke. On n’a pas pu s’empêcher de lui sauter dessus à peine le prix remis…

Vous venez de recevoir le prix de littérature traduite pour votre traduction du roman Esprit d’hiver de Laura Kasischke. Comment vous sentez-vous ?
Je suis très touchée. C’est à la fois très gratifiant et un peu déstabilisant car je ne suis pas l’auteure même si je fais un travail d’écriture créative. Je suis fière. Lire la suite

Delphine Devil s’expose

exposition-delphine-devil-bibliotheque-liseuses-de-bordeaux-1Nichée parmi quelques livres de poésie, l’exposition Malentendus ou… est installée depuis  le 1er septembre au 3ème étage de la bibliothèque Mériadeck de Bordeaux.

Sur l’initiative des bibliothécaires Sophie et Anne-Fanchon, Delphine Devil a été invitée à faire découvrir au public ses collages. Des mots, des fils, des corps qui donnent vie à des œuvres délicates et poétiques.

Delphine compose parfois à l’aide de mots découpés dans des livres ou des magazines, parfois à partir de textes qu’elle a écrits. Ce ne sont pas que des textes à lire, mais aussi des textes à dire car son travail est à la fois artistique et linguistique. Inspirée par le papier ou ses lectures, elle laisse l’énergie créatrice agir et venir à elle. Elle travaille sur les sons, les répétitions.

Les mots sont de la matière, comme des blocs, j’enlève, je retravaille de manière musicale.

L’artiste avait déjà exposé à la galerie Première ligne où certaines de ses créations intégraient des textes engagés comme Le geste de Marta.

Je vous conseille cette exposition qui dure tout le mois de septembre à la bibliothèque Mériadeck de Bordeaux.

Babeth, 12/09/2015

Pour plus de détails sur l’exposition, cliquez ici

Un moment autour de Gabriel Okoundji

gabriel-mwene-okoundji-liseuses-de-bordeauxL’Escale du Livre nous a offert deux moments intenses en compagnie du poète aquitain d’origine congolaise, en donnant la parole à plusieurs de ses traducteurs, puis en lui confiant la scène pour une lecture de ses poèmes.

Au matin de la parole, Prière aux ancêtres, Vent fou me frappe, Gabriel Mwènè Okoundji écrit en français. « Pas en français ! » s’amuse son traducteur occitan, Joan Pèire Tardiu qui n’aime pas traduire le français trop proche de sa langue, préférant l’espagnol ou l’arabe, plus distants. Lire la suite