Retour sur le petit déjeuner littéraire avec Agnès Ledig, ce 10 octobre 2021 au salon Lire en poche

Il émane d’Agnès Ledig une grande douceur. Son regard, sa façon de parler, son attention aux personnes qui l’entourent, tout donne envie d’engager la conversation avec elle. Les femmes qui sont venues aujourd’hui (mais où sont les hommes?) vont l’une après l’autre, dire ce qu’elles aiment dans ses livres : « On s’y retrouve » dit l’une ; « Vos personnages sont humains » dit une autre. Agnès Ledig aime raconter des histoires « pour faire sa part« . Consciente que son rêve d’enfant de changer le monde est irréalisable, elle utilise l’écriture pour faire passer des messages : toucher le cœur et la réflexion des gens. Humble quant à son métier d’écrivain, elle nous a raconté comment se fabriquaient ses romans.

Quand elle a trouvé un thème, elle se répète un pitch dans sa tête (début, milieu, fin de l’histoire, personnages de base, temporalité, lieu). Ce pitch l’accompagne dans sa vie quotidienne : en faisant ses courses, en se promenant, au sport, en se couchant… Puis elle rajoute de la matière, elle amende avec chaque idée nouvelle, utilise ce qu’elle voit, ce qu’elle entend. Cela peut être un tableau qui l’inspire, une conversation ou une citation. Quand sa « broderie » est assez conséquente, elle commence à écrire.

Elle écrit sur un cahier à spirale. Elle fait des fiches pour les personnages, note des flashs de dialogue, de la documentation sur un sujet (il y aura des abeilles dans son prochain roman !). S’en suit l’écriture à l’ordinateur qui lui convient bien car elle tape sur le clavier à la vitesse de son inspiration. Puis elle imprime sur papier pour pouvoir lire et reprendre le texte. Elle considère qu’elle a toujours à apprendre en matière d’écriture. Ensuite, elle travaille le texte avec son agent, et quand elles sont satisfaites du fond, elle le confie à son éditrice qui fera elle aussi des propositions. Ses proches donnent aussi leur avis. Tous ces regards sont enrichissants. C’est un travail d’équipe mais elle reste le décisionnaire final. Il faut compter une année entre le début de ce travail et la sortie du livre. Son dernier roman Une toute petite reine sort en librairie le 20 octobre. Il est inspiré d’un fait réel et traite du thème du sacrifice. Elle voulait parler de ce moment de bascule où deux êtres, que le hasard réuni, font le bilan de leur vie après avoir tant donné pour les autres.

Ce fut pour moi une belle rencontre. Au plaisir de vous revoir Agnès.

Babeth, le 19 octobre 2021

Vous voulez réagir à ce post ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s