L’écriture d’Edgar Sekloka, entre rap et roman

seklokaEdgar Sekloka était présent à l’Escale du livre en 2009. Qu’est-il devenu ? Discussion avec une Liseuse

A l’époque, il excellait déjà comme romancier (Coffee) et dans la musique avec son acolyte Gaël Faye (Milk Coffee & Sugar).

Leur performance très remarquée de Slam en 2009 a été l’occasion de découvrir à Bordeaux l’auteur-slammeur d’origine camerounaise au style à la fois enragé et attachant. De cette participation à L’Escale, Edgar dit aujourd’hui : « C‘était un très beau moment. Intense. J’ai adoré. »
Après Coffee, il sort en 2011 Adulte à présent,  l’histoire de deux ados évoluant dans deux mondes à l’apparence opposée, le Cameroun en guerre et les Etats-Unis. C’est l’histoire d’une rencontre entre deux êtres abîmés par la vie, traitant des liens familiaux et du besoin d’exister.
Ses sources d’inspiration : « Pour les deux romans, j’ai pioché çà et là dans la vie de mes proches pour construire mes personnages. »

Actuellement, Edgar se consacre à son activité de parolier pour le nouvel album de Milk Coffee & Sugar mais souhaite ensuite s’attaquer à l’écriture de son prochain roman.

L’écriture, celle du slammeur, est présente dans ses romans : rythmée, poétique et mordante. Je l’interroge sur la différence qu’il peut y avoir entre ces deux formes d’expressions, le slam et le roman : « Dans l’effort que me demandent mes écritures, rap ou roman, je ne vois pas de différence. C’est douloureux d’accoucher les papiers dont mes fantaisies rêvent. »
Qu’il slame ou qu’il écrive des livres, il me confie que l’écriture reste un moment d’isolement.

…Après-midi d’été d’une chambre sans angle
Camarade ‘tite mort, j’embarque ta galère
N’ayant personne à bord je m’invente un faux frère
On joue avec nos doigts parfois avec des Bic
On joue à Cantona Jusqu’à Omam-Biyik…

poème sekloka-1

Lors de la diffusion du documentaire émouvant programmé en novembre 2013 sur France O Quand deux fleuves se rencontrent  Edgar apparaît discret mais présent auprès de son ami Gaël Faye, au Rwanda et au Burundi.

« Ce fut un voyage chargé de beaucoup d’émotions. J’ai donné mes premiers concerts en Afrique, c’est symboliquement très important pour moi d’y faire entendre ma musique. C’était aussi la première fois que je me rendais au Rwanda et ce qui restera gravé, c’est le moment de recueillement au centre mémorial de Kigali avec Gaël. »
Moment de partage, ce voyage aux allures de pèlerinage servira peut-être pour de nouveaux textes. «  Souvent, les aventures que je vis, je les retranscris dans mes romans ou dans mes chansons. Ce n’est pas systématique et encore moins réfléchi, c’est en me relisant que je prends conscience de quelles expériences mes écrits sont issus. »

Propos recueillis par Isa G.

La citation est tirée de L’âge diluvien, extrait du recueil de poèmes Tite Chose publié chez Carnets-livre en 2012. Le dessin est de Thibaud Tchertchian

Publicités

2 réflexions sur “L’écriture d’Edgar Sekloka, entre rap et roman

  1. Vos échanges, les extraits, tout me donne envie d’y jeter un coup d’œil. A bientôt pour un avis sur le recueil de poèmes.

    J'aime

    • Super, merci beaucoup. Vous pouvez aussi lire le post sur son livre COFFEE … j’ai adoré. A bientôt sur le blog Zabou.
      Isa G.

      J'aime

Vous voulez réagir à ce post ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s