Esprit d’hiver, es-tu là ?

esprithiverAvec Esprit d’hiver, Laura Kasischke signe un huis-clos angoissant et poétique, glaçant et doux.

Holly se prépare à recevoir sa belle-famille et ses amis pour fêter Noël. Mais les préparatifs de cette journée unique dans l’année dérapent un à un, inexorablement, depuis le réveil trop tardif pour permettre une organisation sereine, jusqu’à la défection des invités pour cause de maladie ou de tempête. Car le blizzard est de la partie, comme toujours chez Kasischke, qui isole Holly et sa fille Tatiana dans leur maison, qui glace les relations extérieures et crée les conditions propices au huis-clos.
Le malaise est entretenu avec cette phrase récurrente sur laquelle s’ouvre le roman et qui surgit régulièrement : « Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux. » Il est amplifié progressivement avec des flashbacks racontant les conditions de l’adoption de Tatiana dans un orphelinat sibérien, la maladie génétique de Holly et l’apparition de phénomènes inexpliqués. Laura Kasischke distille l’angoisse : «  Le ressort de l’angoisse tient au fait qu’on ne peut en déterminer la nature : les phénomènes décrits dans le livre sont-ils d’origine psychologique ou surnaturelle ? C’est cette dualité qui rend les choses effrayantes et intéressantes. »

Esprit d’hiver est aussi un roman très personnel où Laura Kasischke livre un très beau texte sur son rapport à l’écriture poétique à travers le personnage de Holly : « Le poème devait venir à elle. Elle était incapable d’aller vers lui ». Elle rend également hommage au poète Wallace Stevens, en lui empruntant l’un de ses vers : « il faut posséder un esprit d’hiver… ». Pour Stevens, la poésie est une façon de rendre acceptable l’expérience, presque entièrement inexplicable, que l’on est en train de vivre. Thriller et poésie vont très bien ensemble chez Kasischke.

Par Florence

Publicités

Une réflexion sur “Esprit d’hiver, es-tu là ?

  1. Laura Kasischke parvient à nous plonger dans une atmosphère étouffante et angoissante. Angoissante car Holly et sa fille sont seules dans cette maison, parce que la neige et la maladie empêchent l’arrivée de la famille et des amis. Etouffante parce que Holly revient sans arrêt sur les épisodes du passé, parce que sa fille et elle se disputent et que les tensions entre elles sont vives, qu’une issue pacifiste semble impossible.
    Et cette chute ! Quelle chute les amis !!!

    J'aime

Vous voulez réagir à ce post ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s