Lumikko

Lire un livre d’un auteur scandinave, c’est toujours, pour moi, entrer dans une réalité très loin de la mienne, et j’adore ça : la Scandinavie me fascine ! Aujourd’hui, c’est la Finlande qui est à l’honneur avec Pasi Ilmari Jääskeläinen, auteur de Lumikko.

Ce roman a des allures de conte saupoudré de fantastique.

Il était une fois, dans un petit village finlandais, une société littéraire présidée par Laura Lumikko, reine de la littérature pour enfants. Elle sélectionne de futurs talents dès l’enfance et leur transmet l’art de l’écriture. Neuf membres sont déjà sociétaires. Une dixième vient d’être choisie : Ella Milana, professeure de finlandais remplaçante.

En pénétrant le fonctionnement de la société, nous découvrons que les relations de ces écrivains sont basées sur les règles d’un jeu complexe leur permettant de s’arracher la vérité à tour de rôle. Toutefois, la disparition de Laura Lumikko plane sur cette nouvelle intronisation et un mal étrange s’empare des livres du village, faisant dévier l’histoire originale.

Ce roman mêle à la douceur de la neige les ombres de la mythologie nordique, ce qui m’a intriguée et happée, je dois bien l’avouer. De plus, l’auteur s’interroge sur l’origine de l’inspiration. Seraient-ce des muses qui apportent idées et pensées neuves pour abreuver la prose des poètes et écrivains ? Ou ne serait-elle qu’une supercherie ?

Aux côtés du personnage principal, Ella Milana, nous menons l’enquête avec pour cobayes les différents auteurs que composent la société littéraire du roman. C’est aussi, pour moi, l’occasion de sonder l’âme finlandaise en abordant des personnages avec des caractères différents qui représentent ses multiples facettes.

Enfin, l’auteur nous livre une réflexion sur l’écriture, son rôle dans notre vie et sa construction à travers l’observation du monde, de l’humanité et de la vie.

Bérengère, 26 février 2018

Publicités

Ma vie de pingouin de Katarina Mazetti

katarina-mazetti-ma-vie-de-pingouin-liseuses-de-bordeaux

Tous les personnages de ce roman ont été tirés d’une mixture d’observations diverses. En aucun cas il ne peut s’agir de personnes réelles, que mes chers compagnons de voyage à bord du M/V Professor Multanovskiy se rassurent. Les seuls qui sont décrits à partir de modèles vivants sont les éléphants de mer, les albatros, les pétrels et un très grand nombre de manchots

Une cinquantaine de passagers embarqués sur un paquebot pour une croisière en Antarctique ?  L’occasion était trop belle pour la facétieuse Katarina Mazetti !

Prenez Wilma, garçon manqué résolument optimiste malgré son lourd secret, Tomas, jeune père divorcé au bout du rouleau, parti en croisière pour se suicider et Alba, septuagénaire qui entreprend de comparer l’espère humaine au genre animal.
Ajoutez à cela des personnages secondaires hauts en couleur et vous obtiendrez le microcosme humain que Katarina Mazetti se délecte à étudier, avec l’humour décapant qu’on lui connaît, mais aussi avec une tendresse infinie à l’égard de ses personnages.

Je trouve intéressant que nous évoluions tous dans des vies parallèles, en ayant seulement une connaissance superficielle de la réalité d’autrui

Après le succès du Mec de la tombe d’à côté et du Caveau de famille, Katarina Mazetti nous revient en grande forme et nous offre un roman moins léger qu’il n’y paraît, une réflexion sur les rapports humains et sur la capacité d’évoluer, au contact de nos congénères, et de réveiller le pingouin qui sommeille en nous !

Marisa, 18/03/2015
N’hésitez pas à relire notre interview de Katarina Mazetti

Ces instants-là de Herbjørg Wassmo

herbjorg-wassmo-ces-instants-la-les-liseuses-de-bordeauxLors de nos rencontres mensuelles, nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer cette grande écrivain norvégienne qu’est Herbjørg Wassmo. Le livre de Dina et Cent ans avaient soulevé beaucoup d’enthousiasme parmi nous, tant par la force de l’écriture que par la singularité et la puissance des personnages.
Lire la suite

Conversation avec Audur Ava Olafsdottir

Audur Ava Olafsdottir

Audur Ava Olafsdottir, Marisa et Florence ©Liseuses de Bordeaux

L’auteure islandaise Audur Ava Olafsdottir, dont nous avons déjà chanté les louanges dans un précédent post, était présente lors de Lire en poche, à Gradignan. L’occasion rêvée pour nous de rencontrer une femme étonnante, drôle et extrêmement attachante.

Vous avez déclaré que la femme écrivain était moins présente et plus discrète sur la scène littéraire que ses homologues masculins. Comment l’expliquez-vous ? Je ne l’explique pas, je le vis. Il y a beaucoup de bons écrivains femmes, même s’il y a beaucoup plus d’hommes dans les organisations d’écrivains. Je trouve étrange cette absence des femmes écrivains. Il y en a vraiment beaucoup qui n’arrivent jamais à faire entendre leur voix et qui sont tellement originales, ont tellement de choses à dire… Je lis surtout de la poésie islandaise, et je crois bien que tous les poètes que je préfère sont des femmes. Lire la suite

Entretien avec Katarina Mazetti

katarina-mazetti

© DR

Katarina Mazetti nous a accordé une interview, en duo avec sa traductrice Lena Grumbach, lors du festival Lire en Poche 2014, à Gradignan. L’occasion de mieux la connaître, d’évoquer son combat féministe, ses goûts littéraires et de partager sa bonne humeur communicative. Ancienne journaliste pour une radio suédoise, elle est aujourd’hui auteure de livres pour la jeunesse et de romans pour adulte. Elle a connu un grand succès avec Le mec de la tombe d’à côté. Son dernier roman Le Viking qui voulait épouser la fille de soie est publié aux éditions Gaïa. Lire la suite