Des livres sous le sapin

Noël approche…  A cette occasion, les Liseuses de Bordeaux vous proposent leur sélection de livres à mettre sous le sapin ou à s’offrir à soi-même, tout simplement. Bonne lecture !


Babeth

Pour Noël, je vous propose du froid nordique, avec Le retour du professeur de danse de Henning Mankell. Un roman noir captivant, plein de rebondissements, à lire caché au chaud sous la couette. Ici on parle au pluriel : des meurtres, des vengeances, et peut-être plusieurs assassins. De quoi vous retourner la tête !
De plus, Henning Mankell utilise un prétexte meurtrier pour parler du rôle joué par la Suède pendant la Seconde guerre mondiale et ses implications dans la société d’aujourd’hui.


Edith

Je viens de découvrir les romans policiers de Noami Hirahara, écrivaine américaine d’origine japonaise dont les parents ont grandi à Hiroshima. Outre l’intrigue policière réussie portée par un modeste jardinier âgé nommé Mas Arai, ces romans permettent de découvrir la vie des Americano-Japonais. Je vous conseille Le shamisen en peau de serpent ou Gasa-Gasa Girl.


Florence

La peau dure de Raymond Guérin est un roman à trois voix remarquablement écrit. Ces voix sont celles de trois soeurs, Clara, Jacquotte et Louison, femmes debout, si différentes et pourtant si identiques… Même s’il a été publié en 1948 pour la première fois, il entre en résonance avec notre société contemporaine. Dur, cruel.


Marie-France

Je vous recommande le beau roman noir de Tanguy Viel, Article 353 du code pénal. Interrogé par un juge d’instruction, Martial, quinquagénaire, ancien ouvrier de l’Arsenal de Brest, essaie de trouver dans sa langue sobre et hésitante une cohérence dans les éléments qui ont détruit sa vie et l’ont amené à jeter par dessus bord l’agent immobilier Lazennec. Il cherche à tracer « la ligne droite des faits« , « la somme des omissions et renoncements et choses inaccomplies« . Captivant jusqu’à la fin, inattendue et pleine d’un humanisme tranquille.

Marisa

Difficile pour moi de faire un choix… Au risque de paraître insistante, je vous conseille le superbe roman Dans la forêt de Jean Hegland… ou alors, dans un tout autre genre, Le fils Jo Nesbø, un thriller norvégien efficace et noir à souhait.

Vous l’avez compris, peu importe votre choix, mais LISEZ et continuez d’offrir des livres !!!

 

Les Liseuses, 13 décembre 2017

Publicités

Kokoro

delphine-roux-kokoro-liseuses-de-bordeaux

Vous n’avez pas encore lu le premier roman de Delphine Roux, petit bijou de la rentrée d’automne ? Original et poétique, ce récit aborde avec délicatesse la question du deuil et rend magnifiquement hommage aux liens unissant un frère et une sœur.
Voici un résumé de cette histoire, suivi d’une interview exclusive de l’auteure…

L’histoire
Koichi et Seki n’ont que douze et quinze ans lorsque leurs parents meurent dans l’incendie du théâtre de la ville. Depuis ce drame, Koichi, le petit frère, feint de vivre, plongé dans un deuil dont il n’arrive pas à s’extraire. Habité de souvenirs, il erre en bordure de l’existence, comme si sa vie s’était arrêtée l’année de ses douze ans. Lire la suite

Autour du monde de Laurent Mauvignier

laurent-mauvignier-autour-du-monde-liseuses-de-bordeauxMarie-France a lu pour nous Autour du monde de Laurent Mauvignier, sélectionné pour le Prix des lecteurs-Escale du Livre 2015.

A première vue, le dernier roman de Laurent Mauvignier pourrait être considéré comme un recueil de nouvelles si ce n’est que ses quatorze histoires ne sont pas séparées les unes des autres de manière formelle. Elles s’organisent, prennent leur essor et finissent par se dissoudre en un  fondu enchaîné  narratif, dans une autre histoire.

D’abord un peu déconcertant, ce procédé stylistique finit par intriguer, voire amuser, poussant le lecteur à revenir en arrière pour préciser le passage ou même la phrase où se situe le hiatus, l’enjambement qui permet de passer d’un petit monde à un autre, d’un personnage à l’autre, d’une partie du globe à une autre … Lire la suite

La Maison où je suis mort autrefois

la-maison-ou-je-suis-mort-autrefois-keigo-higashino-liseuses-de-bordeauxUn petit bijou japonais de Keigo Higashino dans la collection Babel Noir.
Un homme croise un amour d’adolescence lors d’une réunion d’anciens élèves. Alors qu’ils n’ont échangé qu’un regard gêné lors de la soirée, la jeune femme l’appelle le lendemain pour lui demander de l’accompagner dans une quête très personnelle. Elle part à la recherche d’une maison dont elle possède une clé léguée par son père. Elle ignore où se trouve cette maison mais sent confusément que la trouver l’aidera à comprendre pourquoi elle ne possède aucun souvenir de sa petite enfance. Enfant adopté, le narrateur hésite à plonger avec son amie dans la boîte à secret de sa mémoire.

Une histoire racontée d’une plume acérée, précise, sans envolées. Une occasion d’entrevoir le Japon d’aujourd’hui, ses conventions, ses habitudes, ses références. Un dispositif narratif réduit à sa plus simple expression : deux amis, deux jours, une maison, un secret. Pour le lecteur, un grand plaisir… à savourer en quelques heures, au rythme où se déroule la quête des personnages.

Isabelle