Un dieu un animal

jerome-ferrari-un-dieu-un-animal-liseuses-de-bordeauxPrix Goncourt pour Le serment sur la chute de Rome (2012), Jérôme Ferrari a écrit cinq romans. Un dieu un animal est sont troisième, couronné du Prix Landerneau (2009).

Un jeune homme a pris la décision de quitter son village natal pour aller, revêtu du treillis des mercenaires, à la rencontre du désert qu’investissent tant d’armées après le 11 septembre 2001. De retour du Chekpoint où la mort n’a pas voulu de lui, ce survivant dévasté est condamné à affronter parmi les siens une nouvelle forme d’exil. Il se met alors en tête de retrouver la fille de ses rêves d’adolescent, mais cette dernière semble avoir disparu sous les traits d’une jeune femme désormais vouée corps et âme à son entreprise….
Jérôme Ferrari nous raconte deux destins. D’abord celui d’un homme de retour de guerre, perdu dans son village. Son meilleur ami a été tué. Il est seul, étranger parmi les siens. Il ne sait plus aimer ses parents, sa maison, son entourage….. Il va essayer de retrouver cette sensation d’amour en cherchant Magali.  Mais celle-ci n’a pour horizon que son entreprise. Elle ne connait rien d’autre et n’en a pas envie. Ses seuls amis sont ses collègues.

Dans une écriture sans temps mort, dans un flux d’idées, c’est la violence de notre monde que Jérôme Ferrari nous raconte. Un monde où l’individu ne fait plus que subir sa vie,  sans se révolter.

Une riche lecture….

Edith 17/09/2014

Publicités

Entretien avec Sorj Chalandon

Sorj Chalandon ©Liseuses de Bordeaux

Sorj Chalandon ©Liseuses de Bordeaux

Lauréat du premier prix de l’Escale du livre pour Le quatrième mur, dont nous avons déjà parlé ici,  Sorj Chalandon a eu la gentillesse de nous accorder un entretien exclusif entre deux séances de dédicaces. Fatigué et éprouvé par de nombreuses sollicitations, il a pris le temps de nous parler de son ouvrage ainsi que du métier de grand reporter. Lire la suite

Retour à Killybegs

Sorj Chalandon, Grasset, 2011

Agé de 81 ans, Tyrone Meehan revient à Killyberg, dans la maison de son père, pour y mourir. Tyrone Meehan est un traître. Il a trahi son parti, l’IRA, ses compagnons de lutte pour l’ennemi, les services secrets britanniques. Il a trahi sa cause, il s’est trahi lui-même, il a trahi sa famille, ses amis.
Tyrone Meehan nous raconte ses soixante ans de lutte, son amour pour l’Irlande, la vie dans les ghettos catholiques durant la seconde moitié du vingtième siècle, les humiliations, la prison, la mort. C’est un héros de la cause irlandaise aux yeux de toute sa communauté et de son «ami français». Et puis, il y a la trahison, longue, difficile, solitaire.
Lire la suite