Marguerite Duras et Yann Andréa : une passion dévorante

Le 21 janvier, Claire Simon présentait en avant-première, au Jean Eustache de Pessac, son nouveau film Vous ne désirez que moi avec Swann Arlaud et Emmanuelle Devos. C’est une œuvre adaptée de l’entretien Je voudrais parler de Duras paru en 2016 éditions Pauvert / Fayard. 

En 1982, alors que cela fait 2 ans que Yann Andréa vit une relation passionnelle avec Marguerite Duras, il ressent le besoin de se confier et demande à une amie journaliste, Michèle Manceaux, de venir chez eux pour enregistrer ses confidences. C’est à partir de ces cassettes, que possédait après sa mort la sœur de Yann Andréa, qu’a été écrit Je voudrais parler de Duras ; cassettes qui ont aussi servi de matière première à la réalisatrice Claire Simon.
Une archive dans l’archive. la réalisatrice ne souhaitait pas que Marguerite Duras soit jouée par une actrice. Technique souvent utilisée par Claire Simon, ce film utilise des archives audiovisuelles pour garder intacte l’image de Duras. Elles viennent incarner les pensées de Manceaux et les confessions d’Andréa.

Yann, qui a 38 ans de moins que Marguerite, raconte comment il est tombé en amour, d’abord pour l’écrivaine puis pour la femme. Ils resteront 16 ans ensemble, pourtant il souffre.
« Je vous aime, tais-toi. » M. Duras.

Une conversation, ce ne sont pas des têtes parlantes, il y a aussi des silences, des gestes et donc pour faire de ces entretiens un film, il fallait percevoir l’histoire racontée. Il fallait raconter cette introspection.

Ce que de nombreuses femmes peuvent endurer depuis des millénaires est ici vécu par un homme. Duras, assoiffée d’absolu, avec son désir de perfection et d’emprise va soumettre Yann Andréa. Dans le film de Claire Simon, Yann est d’une totale clairvoyance. Il décrit sa situation sans jamais complètement se mettre en position de victime. Il l’aime malgré tout ce qu’elle lui fait endurer. Michèle Manceaux, au-delà de la journaliste, apparaît comme une amie, une confidente, c’est comme une conversation thérapeutique. C’est un film immersif sur l’écoute. Nous avons le sentiment d’être avec eux dans cette pièce à l’étage, alors que Marguerite s’affaire en bas, s’impatiente parfois. Claire Simon a réalisé les entretiens d’un seul tenant afin d’être complètement à l’intérieur de ce qui est dit. Et c’est très réussi. Elle souhaitait également montrer l’amour charnel très fort entre Yann Andréa et Marguerite Duras. Pour cela, elle a utilisé des aquarelles érotiques de Judith Fraggi de toute beauté. Ce qui a touché Claire Simon, c’est qu’un homme en situation de faiblesse parle, qu’il décrive avec autant d’intelligence cette situation. 

Car on a tendance à penser que les personnes soumises sont bêtes, mais ce n’est pas vrai.

Je vous conseille d’aller voir ce film qui ne laisse pas indifférent. Swann Arlaud et Emmanuelle Devos sont touchants, ils incarnent avec sincérité leurs personnages. Claire Simon, a réussi à rendre Marguerite Duras omniprésente alors qu’elle n’apparaît que dans les archives incrustées dans le récit. Une belle réussite.

Babeth, le 8 février 2022

Vous voulez réagir à ce post ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s