Poser nue à la Havane

wendy-guerra-poser-nue-a-la-havane-liseuses-de-bordeauxPoser nue à La Havane, c’est se sentir exister. Anaïs Nin s’expose sous des regards même contrariés. Elle pose sa nudité et en perçoit la vie : effleurée, déflorée… C’est un voyage pour se découvrir et perdre cette foutue et encombrante virginité.

Mais Anaïs sait le choisir, car finalement l’aspect important de l’affaire est là : trouver quelqu’un d’assez spécial pour cette première fois. Ce sera un Cubain, à la peau cuivré, au sexe au goût de tamarin et la poésie sur les lèvres. Devenir une femme ne va pas sans trouble, elle est face à un choix cornélien : revoir son père ou pas. Celui-ci l’a abandonnée depuis tant d’années maintenant. Et puis, il y a Hugo et ce mariage qui hésite à se concrétiser.

C’est Cuba qu’elle interroge.

Après tout, La Havane lui doit bien ça. L’île a mis au monde son père. Arpenter les rues chaudes et mélancoliques de la capitale pourrait peut-être le lui faire connaître, ce père absent qui demande maintenant à la rencontrer, ne serait-ce qu’un peu et révéler une part de soi… Wendy Guerra, auteur cubaine, part à la rencontre d’Anaïs Nin, de sa part cubaine, des traces qu’elle a laissées dans sa ville, et la suit en révélant ce voyage que la grande écrivaine a fait dans les années 1920, cette liberté qu’elle avait déjà et ce goût de la littérature dans la bouche et dans son corps.

Bérengère, 27/11/2016

Publicités

Vous voulez réagir à ce post ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s