Soufi, mon amour

soufi-mon-amour-elif-shafak-liseuses-de-bordeaux

Dans Soufi mon amour, deux histoires se superposent. L’histoire d’Ella, 40 ans aux Etats-Unis en 2008 : bilan sur sa vie, ses enfants, ses croyances en Dieu, la vie, l’amour. Elle démarre un travail de lectrice pour une agence littéraire de Boston. C’est ainsi qu’elle est amenée à lire Doux blasphème, l’histoire qui unit au XIIIème siècle deux hommes en Turquie. Rûmi, poète érudit considéré encore aujourd’hui comme un guide par tous les musulmans. Et Shams, un derviche errant. « Leur rencontre bouleversa leurs deux vies. Elle marqua aussi le début d’une amitié solide et unique que les soufis des siècles à venir comparèrent à l’union de deux océans ».Lire la suite »

Secret absolu de W. Wilkie Collins

collinsDans un coin d’Angleterre pas très attirant – mais si bien décrit qu’on l’imagine sans problème – se noue, entre personnes de rangs différents, des liens qui seront (ou pas) à l’origine de leur perte.
Paru en France en 1858, un Secret absolu raconte la descente en enfer d’une dame de chambre, Sarah Leason, qui est la seule à connaître un secret mettant en cause la haute société victorienne.
J’avoue : cette écriture du 19ème siècle très alambiquée m’a gonflé au début. Et leur secret, je le voyais venir gros comme une pastèque ! Il n’empêche, je me suis laissé emporter par cette intrigue. Pas étonnant quand on sait que Collins était le mentor d’Hitchcock et considéré comme l’inventeur du thriller moderne (n’en déplaise à son ami et rival Dickens).
Ayez donc le courage de lire ces presque 500 pages, les dernières étant comme du chocolat qui vous fond dans la bouche : un pur bonheur. Au-delà de la découverte du secret, on avance petit à petit vers une description de l’âme humaine à « la recherche du bien, s’il se pouvait qu’il cohabite avec le mal dans le cœur des gens ».
Par Isa G.