Le banquet par la Compagnie Travaux Publics

Formidables livres vivants !

Formidables livres vivants ! ©Pierre Planchenault

Grande leçon de théâtre et grand moment de bonheur hier soir à La manufacture Atlantique où la compagnie Travaux Publics présentait, de 18h à minuit, la première étape de la Bibliothèque des Livres Vivants. L’idée ? Confier la lecture de 6 œuvres majeures à six comédiens qui s’emparant du texte, le travaillant, le domestiquant, finissent par l’incarner totalement. Lire la suite

Le livre fait son cinéma

blanquefort

©Liseuses de Bordeaux

Ce 20 novembre, la médiathèque de Blanquefort proposait une soirée sur le rapport entre les livres et les films. Alexandre Cardin (de la Compagnie La Petite Fabrique) nous a lu des extraits de dix œuvres littéraires adaptées au grand écran. Dans l’ombre, Alexia Dagréou, directrice adjointe de la médiathèque Assia Djebar, opérait avec son ordinateur, intégrant dans la mise en scène des images ou des vidéos faisant résonance aux lectures : parfois c’est un extrait de film qui vient introduire un livre (Le secret de Brokeback Mountain pour la nouvelle d’Annie Proulx) ou une image (Isabelle Huppert dans son rôle d’Emma Bovary) ou encore une musique (du film La jeune fille à la perle). Chaque geste et chaque intonation d’Alexandre Cardin sont mesurés. Les projections sonores ou imagées d’Alexia Dagréou sont synchronisées avec précision. Lire la suite

Quand Maud Andrieux parle de Marguerite Duras…

affiche-la-douleur-marguerite-duras-maud-andrieux-liseuses-de-bordeauxLa comédienne Maud Andrieux adapte, met en scène et joue des textes de Marguerite Duras depuis plusieurs années déjà. Une Liseuse l’a vue dans une mise en scène de la Douleur. Éblouie, elle lui a posé quelques questions après la représentation. C’est avec enthousiasme que Maud Andrieux a partagé sa passion de Marguerite Duras et son amour du théâtre. Lire la suite

Un moment autour de Gabriel Okoundji

gabriel-mwene-okoundji-liseuses-de-bordeauxL’Escale du Livre nous a offert deux moments intenses en compagnie du poète aquitain d’origine congolaise, en donnant la parole à plusieurs de ses traducteurs, puis en lui confiant la scène pour une lecture de ses poèmes.

Au matin de la parole, Prière aux ancêtres, Vent fou me frappe, Gabriel Mwènè Okoundji écrit en français. « Pas en français ! » s’amuse son traducteur occitan, Joan Pèire Tardiu qui n’aime pas traduire le français trop proche de sa langue, préférant l’espagnol ou l’arabe, plus distants. Lire la suite