Rien ne vaut ce jour, de Jean-Marc Benedetti

Vous rappelez-vous, c’était il n’y a pas si longtemps pourtant, de ces jours de fin d’été, où les jours d’août chevauchent ceux de septembre ? La chaleur est toujours là, tout en baissant d’intensité. Les rayons du soleil ne brûlent plus, ils réchauffent. Toutefois, s’il y a l’« été » dans la fin de l’été, il y a aussi la « fin » qui commence à poindre. Un sentiment de nostalgie apparaît, peut même vous étreindre car vous sentez que ces jours-là ne dureront pas. Alors vous profitez de ces instants qui vous rendent heureux et vous les savourez d’autant plus que vous avez conscience que le froid, la grisaille et la pluie s’annoncent.

Jean-Marc Benedetti à la Machine à musique, Bordeaux, 2021

Lire le livre de Jean-Marc Benedetti, Rien ne vaut ce jour, a fait écho à cette saison que je me suis inventée. Après plusieurs romans sombres prenant pour thèmes la mort de son épouse et celui de la douleur de l’exil, Jean-Marc Benedetti s’est laissé gagner par la lumière dans son nouveau livre. Celui-ci regroupe plusieurs textes explorant l’instant de bonheur comme une bulle protectrice. Celle-ci vous rappelle que le monde et la vie peuvent être terrifiants, cruels, il existera toujours comme une pulsion de vie, une bulle de bonheur. En écrivant ces quelques mots, je pense à ce premier texte de J.M. Benedetti, décrivant le chef d’orchestre allemand Furtwängler dirigeant ses musiciens, et faisant émerger la musique, quand Berlin, tout autour, tombe sous les bombes.

Lire la suite

Histoires bizarroïdes de Olga Tokarczuk

Le recueil de nouvelles Histoires bizarroïdes est assurément le meilleur point d’entrée dans l’œuvre d’Olga Tokarczuk, prix Nobel de littérature en 2018. Chacune des dix nouvelles de ce recueil est d’une richesse et d’une profondeur remarquables et offre un vrai plaisir de lecture.

Dix nouvelles de Olga Tokarczuk, prix Nobel de littérature

Olga Tokarczuk sait assurément raconter des histoires. Que l’action se déroule au fin fond d’une forêt polonaise, dans une ville moderne ou une villégiature asiatique, que les protagonistes soient humains ou… pas vraiment, le lecteur est entraîné par le rythme, l’intrigue et le ton de ces nouvelles. Si toutes sont empreintes d’étrangeté, la première, Le passager, est particulièrement inquiétante. Un homme d’une soixantaine d’années raconte un cauchemar récurrent de son enfance à sa compagne de voyage.

« Quelque part entre l’armoire et la fenêtre de sa chambre, mon compagnon de voyage voyait la silhouette sombre d’une homme debout qui ne bougeait pas. Un petit point rougeoyait dans ce qui devait être la tâche obscure d’un visage. Celui-ci sortait parfois de l’obscurité quand la cigarette l’éclairait plus fort un instant.»

La conclusion de cette nouvelle ouvre une réflexion qui poursuit le lecteur pendant toute la lecture du recueil : ce n’est pas ce que l’on voit qui nous fait peur mais ce qui nous regarde.

Les sujets traités sont variés : l’avenir, les liens familiaux, la mort, la vieillesse. Mais aussi plus contemporains : l’environnement, le clonage, le transhumanisme. A travers eux, Olga Tokarczuk questionne notre rapport au monde : la distanciation de l’homme avec la nature, le développement d’une société individualiste et conformiste et la disparition du libre-arbitre sont les principaux thèmes sous-tendant les 10 excellentes nouvelles de ce recueil.

Quelques nouvelles que j’ai particulièrement aimées

Dans la Montagne de Tous-les-Saints, une brillante psychologue auteure d’un test psychologique sensé révéler ce que sera l’avenir de jeunes enfants est confrontée à une entreprise de clonage d’êtres humains morts depuis longtemps. Les questionnements que soulève cette nouvelle sont multiples : ces manipulations sont-elles l’expression d’une folie ? Voulons-nous que l’avenir ressemble au passé ? Si l’on peut prédire l’avenir de nos enfants, quelle sélection sera mise en place ?

Dans Le Transfugium, une femme cherche à comprendre pourquoi sa sœur a choisi de s’éloigner de l’humanité par le procédé de « transfugation ». Bouleversée et ne comprenant pas son choix, elle est pourtant obligée de refreiner sa colère et son chagrin, ces émotions étant alors considérées comme pas assez rationnelles et désignées sous le terme évocateur d’« émofakes ». Un médecin du centre où vit sa sœur déclare : « Le chagrin est une émotions étrange, totalement irrationnelle […]. Il ne change rien. N’annule rien. » Pourtant, c’est ce chagrin qui convoque le passé, rassemble les membres de la famille et aide à comprendre. Et qui constitue en partie notre humanité.

La nouvelle Les Enfants verts fait la part belle à la cause environnementale et au fantastique. Au fin fond de la Pologne au 17ème siècle, des soldats trouvent des enfants dans une forêt. Ces enfants ont une particularité : ils ont la peau verte, « d’un vert entre celui des petits pois jeunes et des olives italiennes » et s’avèrent être des émanations de la forêt. Mais les hommes ne le comprennent pas et tentent d’abord de les extraire de leur milieu provoquant des dommages irréversibles.

La dystopie est toujours subtile. D’une écriture limpide, efficace et sans artifice, Olga Tokarczuk nous entraîne dans un univers étrange, bizarre qui résonne avec le monde d’aujourd’hui. Un coup de cœur.

Florence, 11 février 2021

Jamaiplu de Josiane Balasko

Huit nouvelles sont réunies dans un beau recueil aux éditions Pygmalion. Toutes ces histoires étonnantes ont été écrites par Josiane Balasko. Cette comédienne n’en finit pas de nous étonner. Pour exemple « Le musée de l’homme » où une bande de copines se remémorent leurs rapports sexuels loufoques avec des hommes. « Un scénario d’enfer » devait être écrit par une metteur en scène qui nous raconte comment tout cela l’a mené en prison. Et si vous aimez les animaux vous serez servis : dans « Le boss », vous serez dans la tête d’un chien et partagerez sa vie auprès d’un maître tant aimé et pourtant … Quant à « Jamaïplu » c’est un corbeau qui guidera Adeline vers un couple atypique et dangereux. Je ne vais pas dévoiler toutes les histoires de ce livre mais chacune vous mènera dans un monde différent, souvent caustique ou loufoque et pourtant si proche de la vie réelle. Ces nouvelles sont le témoignage de l’imaginaire fantasque de Josiane Balasko qui fut une grande lectrice de science fiction dans sa jeunesse.

Babeth, 13 septembre 2020


Auletris d’Anaïs Nin

Auletris est un recueil de deux nouvelles érotiques inédites d’Anaïs Nin qui mêlent agréablement désir, imagination et érotisme féminins dans une ambiance joyeuse et élégante.

Ce recueil a été retrouvé en 1985 dans une vente aux enchères à Baltimore, alors que les spécialistes d’Anaïs Nin pensaient tout connaître de sa production érotique. Il aura fallu attendre plus de trente ans pour qu’un éditeur américain le publie en 2016, et deux ans de plus pour que les éditions Finitude nous le fassent découvrir en français.

La première nouvelle d’Auletris est une version inédite de «Marcel», un texte que l’on retrouve en version abrégée dans Vénus Erotica, lui aussi recueil de textes érotiques d’Anaïs Nin. L’on y suit les hésitations paralysantes d’un homme fasciné par une femme libre. De fil en aiguille, l’auteure dresse le portrait d’hommes d’après leur vie sexuelle. Dans «La vie à Provincetown», seconde nouvelle du recueil, elle raconte une ville à travers la vie sexuelle de certains de ses habitants. Le point de vue est insolent ce qui n’est pas déplaisant. Lire la suite

Ces morts heureux et héroïques

Jeanne roule à travers l’Idaho en portant une attention particulière aux détails. Elle roule toute la nuit jusqu’au petit matin pour atteindre la prison d’Etat dans laquelle son fils Rob est détenu. Si elle accorde une telle importance aux détails, c’est qu’elle les transforme en anecdotes qu’elle peut raconter à son fils, pensant le distraire.

Ainsi débute Visites, l’une des dix nouvelles du recueil Ces morts heureux et héroïques écrit par Luke Mogelson. Visites raconte l’histoire de Jeanne et de ce fils qu’elle ne comprend plus. Ce qu’elle comprend encore moins, c’est cette foutue guerre à laquelle il a participé et qui l’a considérablement métamorphosé. Lire la suite