Un cheval entre dans un bar

david-grossman-un-cheval-etnre-dans-un-bar-liseuses-de-bordeauxSi vous voulez assister à un one man show drôle et émouvant, si vous voulez rencontrer un comique malheureux, il faut lire Un cheval entre dans un bar de David Grossman.

Ce soir, Dovalé, comique vieillissant, se produit dans un club d’une petite ville de la côte israélienne. Il a invité le juge Avishaï Lazar, un ami d’enfance, afin de connaitre son avis sur sa performance.

Le spectacle commence par des blagues salaces. Le comique interpelle le public et humilie certains de ses spectateurs, ce qui met très mal à l’aise le juge qui n’apprécie que très peu ce genre de spectacle. Va-t-il quitter le show ? Va-t-on interrompre la lecture de ce roman ? Comme lui nous nous posons la question. Lire la suite

Publicités

L’oiseau du bon Dieu de James McBride

Enfin un roman inattendu !
Une épopée romanesque jubilatoire pleine d’humour, d’ironie et d’entrain.

En 1856, le jeune Henry Shackleford voit sa vie bouleversée quand John Brown, un abolitionniste mystique, vient le libérer de l’esclavage. Celui-ci le prend pour une fille et va lui en donner les habits. L’enfant, surnommé l’échalote, va suivre ce capitaine auto-proclamé et sa petite armée, bringuebalé de campements sommaires aux salons dorés des philanthropes de la côte Est des États-Unis en passant par les bordels peu reluisants de l’Ouest américain.
A travers cette épopée qui a obtenu le National Book Award en 2013, James McBride nous rappelle toute la violence de la question de l’esclavage avant la Guerre de Sécession. John Brown, personnage illuminé et fou, reste pourtant humain et attachant. L’auteur nous livre le portrait d’un authentique héros américain. On rit beaucoup de l’humour féroce de James McBride. Et si l’on peut regretter quelques longueurs et répétitions, on est totalement pris dans cette histoire, tels les témoins de cette époque un peu folle.
Une découverte !

Edith, 20 août 2015

Mapuche de Caryl Férey

caryl-ferey-mapuche-liseuses-de-bordeauxCette année, l’invité d’honneur de Lire en Poche 2015 (9-10-11 octobre) est Caryl Férey, auteur français de thriller. Avant de le rencontrer « en chair et en os » en octobre, je me suis dit qu’il fallait d’abord que je découvre une partie de son œuvre. Je me suis donc lancée dans la lecture de Mapuche, livre qu’il a écrit en 2012. J’ai été totalement séduite ! Ce roman est un thriller haletant mais aussi une critique de l’Argentine d’aujourd’hui qui a du mal à porter le fardeau de son histoire récente. Lire la suite

Minh Tran Huy ou la mémoire en héritage

voyageur-malgre-lui-minh-tran-huy-liseuses-de-bordeauxPrix de l’Escale du livre cette année pour son troisième roman, Voyageur malgré lui, Minh Tran Huy est venue rencontrer ses lecteurs lors de cette manifestation. Elle nous a parlé de son enfance durant laquelle, élevée par sa grand-mère, elle voyait le monde en vietnamien et nous a expliqué comment, au fur et à mesure, la langue et la culture se sont effacées. C’est ainsi que pour elle, nostalgie de l’enfance et nostalgie du vietnamien sont intimement liées.
Voyageur malgré lui est l’histoire du père de Minh Tran Huy, réfugié vietnamien arrivé en France comme étudiant. Line, narratrice au métier très poétique d’enregistreuse de sons, nous raconte plusieurs destins de voyageurs malgré eux, avant d’arriver à l’histoire de son père : Albert Dadas, fugueur maladif; Samia Yusuf Omar, athlète somalienne, héroïne des jeux de Pékin et noyée en mer en tentant de rejoindre l’Europe juste avant les JO de Londres; Thinh, l’oncle bizarre; Hoai, la cousine disparue. Lire la suite

Un dieu un animal

jerome-ferrari-un-dieu-un-animal-liseuses-de-bordeauxPrix Goncourt pour Le serment sur la chute de Rome (2012), Jérôme Ferrari a écrit cinq romans. Un dieu un animal est sont troisième, couronné du Prix Landerneau (2009).

Un jeune homme a pris la décision de quitter son village natal pour aller, revêtu du treillis des mercenaires, à la rencontre du désert qu’investissent tant d’armées après le 11 septembre 2001. De retour du Chekpoint où la mort n’a pas voulu de lui, ce survivant dévasté est condamné à affronter parmi les siens une nouvelle forme d’exil. Il se met alors en tête de retrouver la fille de ses rêves d’adolescent, mais cette dernière semble avoir disparu sous les traits d’une jeune femme désormais vouée corps et âme à son entreprise….
Jérôme Ferrari nous raconte deux destins. D’abord celui d’un homme de retour de guerre, perdu dans son village. Son meilleur ami a été tué. Il est seul, étranger parmi les siens. Il ne sait plus aimer ses parents, sa maison, son entourage….. Il va essayer de retrouver cette sensation d’amour en cherchant Magali.  Mais celle-ci n’a pour horizon que son entreprise. Elle ne connait rien d’autre et n’en a pas envie. Ses seuls amis sont ses collègues.

Dans une écriture sans temps mort, dans un flux d’idées, c’est la violence de notre monde que Jérôme Ferrari nous raconte. Un monde où l’individu ne fait plus que subir sa vie,  sans se révolter.

Une riche lecture….

Edith 17/09/2014