La solitude des nombres premiers

paolo-giordano-la-solitude-des-nombres-premiers-liseuses-de-bordeaux

 

Il s’agit du premier roman de l’auteur qui l’a écrit à 26 ans.

C’est l’histoire de deux solitudes. Leur rencontre peut être illustrée par une formule mathématique. Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et eux-même. Certains possèdent un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair.

Mattia, surdoué et génie de mathématique, est traumatisé par la disparition de sa soeur jumelle dont il se sent responsable.
Alice est anorexique , handicapée d’une jambe à la suite d’un accident de ski.
Ils se rencontrent au lycée. Aucun n’est intégré au groupe.
Ils se comprennent sans trop se parler, mais aucun d’entre eux n’arrive à mener une vie dite normale. Lui se plonge dans les maths, elle dans la photo et ils vivent ainsi dans le monde qu’ils se sont créé. La vie les éloigne l’un de l’autre, puis les fait se retrouver plus tard sans que rien n’ait vraiment changé.
Le climat de ce roman est noir et froid, mais les émotions passent quand même sans qu’on tombe jamais dans le mélo.

Marie-France

Publicités

Vous voulez réagir à ce post ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s