Tu retrouves, je découvre… Houellebecq

Conversation entre Yves Kafka et Isabelle à propos de Sérotonine.

Isabelle : Yves, tu es un fidèle lecteur de Michel Houellebecq. De roman en roman, pourquoi y reviens-tu ?

Yves : Pourquoi Houellebecq ? Parce qu’il agit sur moi comme une sorte de baume anesthésiant de toute volonté de souhaiter un monde idéal. Houellebecq a quelque chose de rassurant, en ce sens qu’il pratique un lâcher-prise total, par rapport au bien penser et au politiquement correct. Avec lui, c’est comme si on était déchargé de toute la noirceur de l’âme, de toutes les idées limites que l’on peut avoir à certains moments, parce qu’il ose absolument tout, et avec un bonheur qui est réjouissant. C’est ce que j’aime chez Houellebecq. Par ailleurs, je trouve que l’aspect désespéré de toutes les histoires qu’il nous raconte et de tous les personnages qu’il met en scène n’est absolument pas désespérant, au contraire, pour moi, il est vivifiant. J’aime ce qu’il raconte, j’aime cet homme. Lire la suite

Publicités

Harlan Coben, l’homme tranquille

Rencontre avec Maud Tabachnik

biscarosse-les-liseuses-de-bordeauxLe hasard d’une location à Biscarrosse, un pique-nique improvisé un dimanche de septembre. Et la rencontre impromptue des Liseuses, amusées et curieuses, et de quatre représentants de l’édition et de la plume parisienne. Parmi eux Eric Poindron, éditeur au Castor astral, sa compagne, Anne-Laure Buffet, psychologue et écrivain, Maud Tabachnik, auteure de nombreux romans policiers et sa compagne. C’est avec beaucoup de gentillesse qu’ils se prêtent au jeu des questions-réponses. S’ensuit une conversation à bâtons rompus. Maud Tabachnik, qu’Eric Poindron présente comme « un maître du thriller » est sur la sellette. Lire la suite

Auteurs jeunesse et auteurs adultes : même combat ?

photographie-gilles-abier-liseuses-de-bordeauxRencontre avec l’écrivain Gilles Abierhttps://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gif

Alors que le parrain de Lire en Poche Gradignan 2016 (interview de Lionel Destremau à la fin de cet article) n’est autre qu’un auteur jeunesse de renom (PEF et son inénarrable Prince de Motordu), je souhaitais en savoir plus sur la littérature jeunesse en France. Qui la lit ? Et qui sont ces auteurs français qui écrivent pour la jeunesse ? Le domaine est varié, j’ai donc fait le choix de m’attacher à un auteur dont l’une des spécificités est de parler aux adolescents.

Pour cela, je suis allée rencontrer un auteur installé dans la région bordelaise. Mi-interview mi-conversation à 3 voix, j’étais accompagnée de Marie, jeune adulte de 20 ans, et grande lectrice de Gilles Abier. Nous aimons toutes les deux son écriture percutante, son esprit vif qui nous interroge. Gilles Abier participe à cette littérature dite réaliste qui s’empare de sujets de société. Lire la suite

Interview d’Astrid Manfredi

Lauréate du prix du premier roman au festival de Chambéry pour La petite barbare, livre dont nous avons déjà parlé ici, Astrid Manfredi a accepté de revenir pour nous sur son écriture. Une occasion d’en savoir plus sur la fabrique de ce roman fort, très fort…

astrid-manfredi-la-petite-barbare-liseuses-de-bordeaux

Pourquoi avoir choisi un fait divers comme sujet de votre premier roman ?
Astrid Manfredi
  Ce n’est pas tant le fait divers qui m’a intéressée, d’ailleurs le roman ne déploie pas l’affaire du gang des barbares dans son entièreté – ça ne m’intéressait pas au regard du halo d’horreurs qui entoure cette histoire.
Ce qui m’a intéressée, c’est la jeune femme qui servait d’appât et qui était sous l’emprise du leader du gang. Et plus particulièrement, c’est la liaison de cette jeune femme avec le directeur de la prison qui m’a intéressée et que j’ai découverte dans un entrefilet d’un journal : j’ai trouvé que c’était un matériau romanesque incroyable. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :