Lëd, de Caryl Férey.

En russe, Lëd signifie « glace ». C’est aussi le titre du roman noir de Caryl Ferey.

Cette fois, l’auteur nous emmène dans des contrées glaciales et enneigées où sévissent d’effroyables tempêtes.

Nous sommes à Norilsk, ville russe située à 300 km au nord du cercle polaire en Sibérie. Les températures y avoisinent les -60° en hiver. Cette ville, la plus septentrionale de Russie, détient en outre l’angoissant record de faire partie des villes les plus polluées au monde. Norilsk est une ville-usine dont la majorité des habitants, prisonniers des glaces, de l’obscurité et des tempêtes huit mois sur douze, travaillent dans des conditions épouvantables dans des mines de nickel et de cuivre, propriété de quelques oligarques proches du pouvoir poutinien.

La description du lieu, ses conditions climatiques, son histoire, son statut dans la Russie actuelle et les conditions de vie et de travail de ses habitants suffisent à eux seuls à attiser la curiosité d’un lecteur et à fournir matière à un livre. Et de fait, ce livre existe bel et bien, il est le fruit de la rencontre de Caryl Ferey avec la ville, il s’intitule Norilsk et est paru en 2O19 au Livre de Poche.

Invité par deux éditrices parisiennes à aller voir ce qui se passe dans ce coin reculé de Sibérie du Nord, à 3000 km de Moscou, l’auteur, toujours en quête d’insolite n’hésite pas longtemps.

Car plus je regardais les photos, survolais les commentaires peu flatteurs sur cette ville perdue au fond de la Russie, plus l’improbable attraction se faisait jour : Norilsk semblait vraiment pourrie.
Lire la suite »

Lectures éclectiques

livres-vacances-150x150DR

A l’ombre des oliviers de Kéa (une île des Cyclades où les touristes ne viennent pas, un rêve !), j’ai eu le bonheur de découvrir 4 livres qui m’ont enchantés. A vous de voir….

Seuls le ciel et la terre de Brian Leung, Albin Michel
Né en Californie d’un père chinois et d’une mère américaine, Brian Leung, dans ce second livre, ré-ouvre une page douloureuse de l’histoire des Etats-Unis : le massacre d’ouvriers chinois par des mineurs blancs lors de l’émeute du 2 septembre 1885 à Rock Springs. Raconté du point de vue de la sœur d’un des mineurs blancs, ce roman est l’occasion d’un magnifique portrait de femme. Tantôt drôle, tantôt grave, servi par une écriture poétique et vivante, ce récit est emprunt d’une infinie tendresse pour ces hommes qui, quelle que soit leur couleur, n’ont d’autre choix que de survivre dans l’univers hostile de l’Ouest américain.

Lire la suite »