Des livres sous le sapin

Noël approche…  A cette occasion, les Liseuses de Bordeaux vous proposent leur sélection de livres à mettre sous le sapin ou à s’offrir à soi-même, tout simplement. Bonne lecture !


Babeth

Pour Noël, je vous propose du froid nordique, avec Le retour du professeur de danse de Henning Mankell. Un roman noir captivant, plein de rebondissements, à lire caché au chaud sous la couette. Ici on parle au pluriel : des meurtres, des vengeances, et peut-être plusieurs assassins. De quoi vous retourner la tête !
De plus, Henning Mankell utilise un prétexte meurtrier pour parler du rôle joué par la Suède pendant la Seconde guerre mondiale et ses implications dans la société d’aujourd’hui.


Edith

Je viens de découvrir les romans policiers de Noami Hirahara, écrivaine américaine d’origine japonaise dont les parents ont grandi à Hiroshima. Outre l’intrigue policière réussie portée par un modeste jardinier âgé nommé Mas Arai, ces romans permettent de découvrir la vie des Americano-Japonais. Je vous conseille Le shamisen en peau de serpent ou Gasa-Gasa Girl.


Florence

La peau dure de Raymond Guérin est un roman à trois voix remarquablement écrit. Ces voix sont celles de trois soeurs, Clara, Jacquotte et Louison, femmes debout, si différentes et pourtant si identiques… Même s’il a été publié en 1948 pour la première fois, il entre en résonance avec notre société contemporaine. Dur, cruel.


Marie-France

Je vous recommande le beau roman noir de Tanguy Viel, Article 353 du code pénal. Interrogé par un juge d’instruction, Martial, quinquagénaire, ancien ouvrier de l’Arsenal de Brest, essaie de trouver dans sa langue sobre et hésitante une cohérence dans les éléments qui ont détruit sa vie et l’ont amené à jeter par dessus bord l’agent immobilier Lazennec. Il cherche à tracer « la ligne droite des faits« , « la somme des omissions et renoncements et choses inaccomplies« . Captivant jusqu’à la fin, inattendue et pleine d’un humanisme tranquille.

Marisa

Difficile pour moi de faire un choix… Au risque de paraître insistante, je vous conseille le superbe roman Dans la forêt de Jean Hegland… ou alors, dans un tout autre genre, Le fils Jo Nesbø, un thriller norvégien efficace et noir à souhait.

Vous l’avez compris, peu importe votre choix, mais LISEZ et continuez d’offrir des livres !!!

 

Les Liseuses, 13 décembre 2017

Publicités

Envoyée spéciale de Jean Echenoz

jean-echenoz-envoyee-speciale-liseuses-de-bordeauxAprès s’être quelque peu égaré avec Caprice de la reine, Jean Echenoz signe une parodie de roman d’espionnage, Envoyée spéciale.

Ce livre raconte l’aventure de Constance, jeune femme bien innocente enrôlée de force par les services secrets pour accomplir une mission de la plus haute importance. Lire la suite

Autour du monde de Laurent Mauvignier

laurent-mauvignier-autour-du-monde-liseuses-de-bordeauxMarie-France a lu pour nous Autour du monde de Laurent Mauvignier, sélectionné pour le Prix des lecteurs-Escale du Livre 2015.

A première vue, le dernier roman de Laurent Mauvignier pourrait être considéré comme un recueil de nouvelles si ce n’est que ses quatorze histoires ne sont pas séparées les unes des autres de manière formelle. Elles s’organisent, prennent leur essor et finissent par se dissoudre en un  fondu enchaîné  narratif, dans une autre histoire.

D’abord un peu déconcertant, ce procédé stylistique finit par intriguer, voire amuser, poussant le lecteur à revenir en arrière pour préciser le passage ou même la phrase où se situe le hiatus, l’enjambement qui permet de passer d’un petit monde à un autre, d’un personnage à l’autre, d’une partie du globe à une autre … Lire la suite

Quand Yves Ravey raconte son notaire…

yves raveyActualités littéraires : les 5, 6 et 7 avril 2013 c’était l’Escale du livre à Bordeaux.

Soirée enthousiasmante hier à l’Escale du livre de Bordeaux avec la rencontre de l’auteur Yves Ravey pour la présentation de son dernier livre Un notaire peu ordinaire  paru aux Editions de Minuit ( l’heureux homme !).

Il fallait aimer la littérature pour supporter le froid polaire qui régnait sous la tente pompeusement baptisée « salon littéraire » mais les vaillants auditeurs furent récompensés par la chaleureuse évidence des propos de l’écrivain qui évoqua pour eux la genèse de ses romans. Lire la suite

14

Jean Echenoz, Editions de Minuit, 2012

En triant des documents suite au décès d’un proche, Jean Echenoz découvre des carnets rédigés par un appelé durant la Grande Guerre. Poussé par la curiosité, il retranscrit ces carnets, suit le mouvement des troupes sur des cartes géographiques et, de fil en aiguille, se documente sur la guerre durant de longs mois.

Tout naturellement, il décide d’en faire un roman. Après la trilogie RavelCourirDes éclairs, romans sur la vie de personnages réels, Jean Echenoz imagine l’histoire de cinq hommes partis à la guerre et d’une femme qui en attend deux d’entre eux, Anthime et son frère Charles.

Là où l’écrivain excelle, c’est dans son choix de ne pas dresser une fresque interminable sur la Grande Guerre. A l’image de son titre, le roman sera bref, concis, resserré, percutant, car « tout cela ayant été décrit mille fois, peut-être n’est-il pas la peine de s’attarder encore sur cet opéra sordide et puant ». C’est un pari réussi puisqu’en 124 pages, tout est dit.

Marisa