Une sélection pour l’été

Qu’emporter dans votre valise cet été? Les Liseuses vous ont sélectionné quelques pépites à déguster sur la plage, en montagne, à une table de café...

Marie-France : « Puisqu’en vacances, on est censé avoir du temps pour soi, je vous recommanderais les deux tomes de L’esclave islandaise de Steinunn Johannesdottir parus chez Gaïa. S’appuyant sur une histoire vraie, l’autrice nous entraîne dans le sillage douloureux d’une modeste femme de pêcheur islandaise, victime d’une razzia turque et emmenée en esclavage à Alger.
Au détour du voyage, nous faisons même une courte halte dans le Bordeaux du 17e siècle avant de rallier la riche Copenhague des marchands danois. A lire paresseusement allongé sur la plage, l’esprit tenu en éveil par les multiples et poignantes aventures de l’héroïne islandaise et de ses compagnons. »

Marisa vous conseille la lecture de Simetierre de Stephen King : « Dès les premières pages, Stephen King tisse un récit à l’atmosphère envoûtante, peuplé de vieilles croyances indiennes. Un thriller au goût de terre et de sang que l’on dévore sans états d’âme. » Et également ce bon polar de Colin Niel, Les Hamacs de carton, une enquête qui se déroule en Amazonie française.

Isabelle : « Polar ? Roman noir ? Dans les angles morts d’Elizabeth Brundage est avant tout un bon roman américain, aux personnages fouillés, à la construction intelligente. Un soir d’hiver, un homme frappe chez ses voisins, sa petite fille endormie dans les bras : il vient de découvrir sa femme tuée d’un coup de hache. Le roman est un long flash-back qui nous amènera à découvrir qui lui a donné la mort. Connaissez-vous le syndrome du Titanic ? On sait qu’elle va mourir mais, tout au long du livre, on espère qu’elle s’en sortira… Une lecture très prenante. »

Publicités

22/11/63, un Stephen King tendre comme une bonne entrecôte

stephen-king-22-11-63-liseuses-de-bordeauxLe 22/11/63, l’assassinat du président Kennedy bouleversa le monde comme le firent quarante ans plus tard, les attentats du 11 septembre 2001.
Et si cette tragédie pouvait encore être évitée, effacée des livres d’histoire ? Et si les journaux de l’époque pouvaient titrer « Dallas : JFK et Jackie sains et saufs » ?

Le point de départ de 22/11/63, une fissure temporelle permettant de revenir dans le passé, semble être une idée rebattue de la littérature de science-fiction, engendrée par une imagination paresseuse. Jake Epping, professeur trentenaire sans attaches, pourrait se glisser dans cette faille temporelle et changer le passé ? Le voici parti, et nous à ses basques, dans l’Amérique du début des années soixante – cinéphiles, pensez Mad men ou Psychose, mélomanes, pensez Elvis – pour une balade tour à tour contemplative, glaçante ou effrénée, toujours passionnante. L’écriture est précise, souvent drôle, elle a le goût du détail et de la sensation. Lorsque Jake a la fièvre, vous avez froid, Lire la suite