La littérature au sommet

Lorsque Jean-Christophe Rufin invite Sylvain Tesson et Ludovic Escande sur la scène du Théâtre des Quatre Saisons, humour et complicité sont au rendez-vous, pour la plus grande joie du public de Lire en Poche.
« Je suis pour l’insertion des jeunes délinquants », plaisante le parrain de cette 15ème édition, interrogé sur le choix de ses invités.

Jean-Christophe Rufin et Sylvain Tesson se connaissent depuis longtemps, unis par « un compagnonnage montagnard » fait de randonnées, d’escalade et d’alpinisme. A une époque où Ludovic Escande traverse une période sombre de sa vie, Sylvain Tesson l’invite à se joindre à eux pour entreprendre l’ascension du mont Blanc.

– Sylvain, je ne sais pas escalader. J’ai peur du vide.
– Fais-moi confiance. Je connais des techniques très efficaces pour lutter contre le vertige. Deux ou trois enseignements que m’ont transmis des anciens de l’Everest. Le premier conseil, c’est de bien tenir la corde de celui qui est devant toi. Le second, c’est de ne pas regarder en bas.
– Ah… et le troisième conseil ?
– C’est de fermer les yeux quand tu as peur.

Porté par l’enthousiasme de son ami, Ludovic Escande accepte d’accompagner les deux écrivains, alpinistes chevronnés, malgré son inexpérience et le vertige dont il souffre. « Nous avons essayé de l’éliminer, mais il a survécu » plaisante Jean-Christophe Ruffin.

De cette aventure naît un livre: L’Ascension du mont Blanc, qui surprendra ses compagnons, comme le confesse l’Académicien : « Nous ne nous sommes pas rendus compte de la difficulté que pouvait avoir cette ascension pour Ludovic. Nous avons découvert dans ce récit un vécu qui n’avait pas été sensible ou perceptible par nous. »

Ludovic Escande est le seul des trois à faire de cette aventure une œuvre littéraire. Ne cachant rien de la souffrance et des difficultés éprouvées, il construit un récit sans fard qui touche un large public, amateurs de montagne ou alpinistes expérimentés, un récit à portée universelle.

Dans le fond, pour Sylvain Tesson comme pour Ludovic Escande, cette ascension est un chemin de reconquête de soi, une quête de liberté, une façon de sortir du quotidien et se reconnecter avec le vrai sens de la vie: « On sort enfin de cet espèce de non-être que consiste la vie vécue uniquement sur un plan abstrait, vague, général, sur le plan des idées (…). Il faut autre chose. Il faut des nuits dans les bois, il faut le contact du granit sur la peau, il faut le froid, il faut la chaleur… Nous ne faisons rien d’extrême, mais nous le faisons avec appétit, avec une adhésion profonde à la vie. »

Une expérience fondatrice que l’écrivain apparente à la marche qu’il accomplit Sur les chemins noirs, quelques mois seulement après son accident.

« J’exhorte tout le monde à marcher, marcher, sortir de l’abstraction permanente dans laquelle nous vivons tous en partant sur les routes pour racler le réel. »

Que ce soit sur les chemins de France ou sur le mont Blanc, ces écrivains apparentent leur itinérance à un geste de liberté : celle de prendre des risques et de choisir d’aller au bout de soi-même.

Marisa, 15 octobre 2019

Miss Islande

miss-islande-audur-ava-olafsdottir-liseuses-de-bordeaux

Un vent de liberté souffle dans les romans d’Auður Ava Ólafsdóttir. 

Dans Rosa candida, Arnljotur quittait l’Islande pour consacrer sa vie à l’horticulture. Dans Miss Islande, la jeune Hekla abandonne sa campagne natale pour s’établir à Reykjavik afin d’accomplir son rêve, devenir écrivain.

Elle emporte Ulysse de James Joyce en langue originale, ses manuscrits et sa machine à écrire, et se laisse porter par la volonté farouche d’accomplir sa destinée.

Va-t-elle y parvenir ?

Situer son histoire dans les années 60 permet à l’auteur de s’interroger sur la place de la femme dans la société islandaise de l’époque. Mais rassurez-vous, comme à chaque fois qu’un sujet lui tient à coeur, Auður Ava Ólafsdóttir l’aborde avec délicatesse, l’air de rien, avec humour, légèreté et poésie.

Ce roman est ouvertement féministe et nous offre un magnifique portrait de femme éprise de liberté, ainsi qu’un vibrant hommage à l’écriture et aux livres. Un roman à lire et à offrir.

Marisa, 5 septembre 2019

Ce roman fait écho aux propos que nous avions échangés avec Auður Ava Ólafsdóttir à Lire en Poche, en 2014. Nous avions alors évoqué les femmes et la littérature… (ici)

Ce cœur changeant d’Agnès Desarthe

agnes-desarthe-ce-coeur-changeant-liseuses-de-bordeaux

Lors de la dernière édition de Lire en Poche, Bérengère et Lætitia ont eu le plaisir de s’entretenir avec Brigitte Giraud et Agnès Desarthe, autour du beau sujet Otages intimes dans le souffle de l’histoire. Cette rencontre s’est principalement portée sur leurs deux derniers livres : Nous serons des héros  (B. Giraud) et Ce cœur changeant (A. Desarthe), deux romans disponibles en poche. Lors de ce post et le suivant, nous allons donc nous pencher sur ces deux livres, en espérant que ces quelques lignes vous donneront envie de les dévorer… Lire la suite

Voici des ailes de Maurice Leblanc

maurice-leblanc-voici-des-ailes-liseuses-de-bordeauxA bicyclette, il y avait Madeleine, Régine, Pascal et puis Guillaume. Deux couples d’amis délaissent Paris et ses mondanités pour vagabonder sur les chemins de Normandie et de Bretagne. Voici des ailes, celles de la liberté toute nouvelle qu’apporte la bicyclette. Les corps exultent au pluriel, masculin et féminin. C’est étonnant, c’est la première fois.

A tire d’aile, Madeleine ne se reconnaît plus, Régine non plus, d’ailleurs. Les deux amies découvrent leur corps en mouvement. Au début, c’est dur. Elles sont pétries de courbatures. Mais, petit à petit, elles se mettent à son écoute, avec plaisir. La nature décide, enchanteresse, mutine et protectrice. Et les amours s’inversent, surpris ou pas, chacun à son rythme de bicyclette. Maurice Leblanc apparaît sous un jour différent et délaisse notre gentleman-cambrioleur pour une rafraîchissante et coquine randonnée, certes un peu désuète mais tellement agréable en ce début d’année. Laissez-vous porter par les ailes de liberté de la bicyclette ! 

Bérengère, 5 janvier 2017

Popa Singer de René Depestre

popa-singer-rene-depestreQuand le loa tient Moma Popa…

On retrouve beaucoup de poésie dans le dernier ouvrage de René Depestre, Popa Singer. Ce livre peut se définir comme une chronique de l’auteur en Haïti en 1957, époque où Duvalier prend le pouvoir et installe une dictature.
René Depestre raconte sa confrontation au tyran qu’il a bien connu. Lorsque celui-ci lui propose un poste dans son gouvernement, il se retrouve pris entre deux feux : la seule liberté possible pour le poète est la voie du communisme.
Par son écriture aussi flamboyante que les carnavals de son île, René Depestre dénonce toute l’absurdité et la cruauté des ambitions de « Papa Doc ».
Et puis, il y a le loa (un esprit) qui s’incarne dans Moma Popa, la mère du poète, pour crier quelques vérités politiques mais aussi et surtout pour protéger ses enfants de la folie duvaliesque.

Bérengère, 13/04/2016