Negar Djavadi : une femme libre

_______
Négar Djavadi vient de recevoir le prix Lire en poche de littérature française 2018 pour Désorientale. On entend un cri dans la salle lors de la remise du prix au Théâtre des Quatre Saisons à Gradignan : c’est moi. Je suis heureuse. Comme beaucoup, j’ai été bouleversée par ce roman. Ce n’est pas la première fois que je la rencontre, mais je n’avais jusqu’à présent jamais osé lui parler. Cette fois-ci, j’y vais car je veux savoir comment son métier et sa vie s’entremêlent à l’écriture. 
Négar est scénariste. Ça l’occupe à plein temps, alors l’écriture de son roman s’est faite très tôt le matin, dès le réveil. Ça ne lui coûte pas de travailler tôt. Elle prend des notes à la main sur ses cahiers, mais la rédaction se fait toujours sur ordinateur. La journée, elle travaille sur plusieurs projets de scénarios.
______
« On peut écrire le scénario, ou juste faire un résumé, ou faire une correction. Le métier de scénariste, c’est une autre forme d’écriture, on est moins libre.On écrit forcément pour une industrie (cinéma, tv, …). Dès l’écriture, il faut avoir conscience de ce que ça va coûter. Faire tomber un frigo du quatrième étage ça implique des contraintes. Contraintes de décor, de personnages. Une fois que l’on a écrit un scénario, cela part dans d’autres mains et ça devient un film. »
_______
_________
Pour elle, il faut être très organisé quand on est écrivain, c’est une discipline. 
______
« Pour un roman, personne ne vous attend. Les scénarios, c’est beaucoup de contraintes. Dans l’écriture du roman je me sentais tellement libre en comparaison que je me suis permis de mettre des slashs entre les mots sans réelle raison : une totale liberté ! Et puis il faut se donner du temps pour lire aussi. Théorie/analyse/pratique : j’ai toujours appris ça dans le cinéma. Il faut lire, puis analyser ce qu’on lit, pourquoi ça nous touche, et après on passe à la pratique. »
______ 
Avec son roman Désorientale, elle était la réalisatrice de cette histoire. 
_____
« J’ai mis quelques gros plans, quelques travellings, quelques zooms. Je suis incapable d’écrire si je ne vois pas. Pour mon roman, je ne savais pas où j’allais. Je n’avais pas fait de plan, ce n’était pas prémédité. Je savais grosso modo qu’il y aurait deux parties, la France et l’Iran. Je savais qu’il fallait que je remonte très loin parce que j’avais beaucoup à dire sur l’Histoire de l’Iran. J’étais confrontée au problème de l’histoire avec un grand H en toile de fond et les personnages, mais comment faire le lien ? A un moment donné j’ai décidé que chaque personnage porterait un point de l’histoire de l’Iran, qu’il y aurait une sorte de collision entre un moment de l’histoire et ce qui arrive à ce personnage. Par exemple pour Montazemolmolk c’était la révolution constitutionnelle de 1904. »
_____
_____
Si elle n’avait pas été scénariste, elle ne sait pas si elle aurait osé relever le défi de faire des flash-back.
_____
« Nous avons des techniques d’écriture particulières quand on est scénariste. En scénario par exemple, lorsqu’on passe d’un personnage à un autre, on fait en sorte que ce soit un moment très fort pour qu’on ne l’oublie pas. On peut mettre du dramatique mais il ne faut pas que ce soit gratuit. Tout doit être construit autour. »
______
Pendant l’interview, des lecteurs s’approchent les yeux brillants, avec ce besoin de lui dire, comme moi, combien Désorientale nous a ému. La réussite de ce livre est sûrement, en partie, liée à sa construction qui nous fait vivre les EVENEMENTS comme dans un film. Encore une belle rencontre.
Merci Lire en poche !
Babeth, 20 octobre 2018
Publicités

Cécile Chartre : c’est la vie qui me fait écrire

cecile-chartres-liseuses-de-bordeauxAuteur jeunesse, Cécile Chartre sort cette semaine son dernier livre : Traits d’union. L’histoire d’un jeune homme qui se marie après avoir passé le bac, voilà qui sort de l’ordinaire !
L’occasion pour nous de lui poser quelques questions sur ce qui motive son écriture.

Stylo, crayon, ordinateur : avec quoi et sur quoi écrivez vous ?
Je n’ai aucun carnet, aucun cahier sur lesquels je pourrais noter vite fait les idées qui me passent par la tête. C’est pour cela que j’en oublie plein, d’ailleurs. J’écris tout sur ordinateur, plus précisément sur un Netbook qui date de Mathusalem. Je l’aime bien, je peux l’emmener partout, il rentre pile-poil dans mon (gros) sac à main. Par contre, il commence à fatiguer sérieusement, et je me doute bien que tôt ou tard, il va me lâcher. Évidemment, ce n’est pas pour cela que je pense à sauvegarder mes textes ailleurs… Lire la suite

C’est quoi au juste une journée d’Alfred ?

baiser-alfred-liseuses-de-bordeaux

©Alfred

Par une fin de journée ensoleillée, Isabelle et Babeth attendent bien sagement, en sirotant une limonade, un auteur de BD dont on entend de plus en plus parler à travers la planète mais surtout à Bordeaux. Alfred, bien connu pour son travail en jeunesse (Octave et le cachalot) a reçu le prix Fauve d’Angoulême en 2014 pour Come Prima. C’est lors de ses performances dessinées que nous l’avons découvert et apprécié. De là nous avons découvert son travail et aujourd’hui nous souhaitions rencontrer cet autodidacte qui a trouvé une forme de reconnaissance avec cet album, pour savoir comment il travaillait.

Alors voilà ….c’est quoi au juste ….une journée d’Alfred ? Lire la suite

Une journée d’écrivain… par Barbara Constantine

barbara-constantine-vu-de-ma-fenetre-liseuses-de-bordeaux

Vu de ma fenêtre © Barbara Constantine

Comment se passe la journée d’un écrivain ? Vous rêvez de le savoir ? Nous vous proposons une nouvelle rubrique, Une journée d’écrivain, où nous « passons la plume » à un auteur afin qu’il/elle nous fasse vivre une journée d’écriture, à ses côtés.
La première à avoir répondu à notre invitation est Barbara Constantine, connue pour ses romans tendres et parfois déjantés (Allumer le chatA Mélie, sans mélo, …). Son écriture « qui parle vrai » lui a valu un énorme succès, notamment lors de la sortie de Et puis Paulette (2012).
Des personnages à la vie pas toujours rigolote, un cadre campagnard et des histoires attachantes : voilà son univers.
Mais laissons-la maintenant nous parler un peu d’elle…

Lire la suite